Bouteflika, candidat de l'espoir

Par Ayache Mohamed

Les médias français et leurs antennes au Maroc s’acharnent actuellement sur la candidature du président Bouteflika, ce qui veut dire forcément s’acharner contre l’Algérie toute entière.

Décidément, le colonialisme et l’impérialisme restera toujours un mauvais élève. A-t-on oublié la décennie de cauchemar que l’Algérie a vécue toute seule au moment où tout l’Occident lui a tourné le dos en allant même jusqu’à soutenir les thèses intégristes? A-t-on oublié que l’Algérie a pu s’en sortir sans l’aide de personne et cela a servi d’exemple aux pays de la planète entière?

L’acharnement contre le président Bouteflika indique que l’on veut que l’Algérie continue dans le déchirement et la terreur. Pire encore, on oublie que Bouteflika a été et sera élu dans une transparence qui ne se trouve ni au Maroc, ni en Tunisie, les deux pays choyés par la France colonialiste. La légitimité des élections en Algérie a été reconnue par tous les observateurs européens et américains qui ont assisté au processus électoral ainsi que par l’administration américaine, le Parlement Européen, l’OTAN…

L’explication est très simple : La majorité du peuple algérien a choisi Bouteflika comme président. Doit-on rappeler que le mot démocratie signifie « pouvoir du peuple? » Alors, si le peuple algérien choisit Bouteflika pour un troisième et un quatrième mandat, nous devons respecter son choix, parce que c’est le peuple algérien qui décide et non les métropoles qui n’ont laissé à l’Afrique que la pauvreté, la guerre civile et les maladies.

C’est triste de voir comment certains s’efforcent à donner une vision déformée de la démocratie en Algérie et de la politique de Bouteflika, l’homme qui a fini avec la violence islamiste, a encouragé la politique des privatisations et aspire à introduire l’Algérie au sein de l’Organisation Mondiale du Commerce, a promu les exportations énergétiques vers les EEU et apporté une riche expérience en matière de prévention du terrorisme.

La mauvaise foi de certains médias est époustouflante : On parle déjà d’un quatrième mandat au moment où le président Bouteflika se présente au troisième. On dirait que c’est l’ennemi juré de l’Algérie qui parle, le Maroc, qui ne souhaite que la destruction de ce pays pour voir concrétiser ses rêves expansionnistes au détriment de la volonté du peuple sahraoui, dont le seul crime est d’aspirer à vivre dans un état souverain sous le drapeau du Front Polisario et sur le sol du Sahara Occidental.

« L’important, souligne le Professeur Carlos Ruiz Miguel dans son blog « Depuis l’Atlantique« , est une question de principe clé pour comprendre le monde arabo-musulman. Cette question est que, dans ce monde complexe, nous pouvons distinguer deux types de régimes politiques : Les monarchico-téochratiques et les républicains.

Dans les premiers, l’origine du pouvoir se trouve dans volonté de Dieu (Allah, dans ce cas) et dans une légitimité dynastique. Dans les deuxièmes, l’origine du pouvoir se trouve dans le peuple.

Parmi les premiers se trouvent, à titre d’exemple, le Maroc, l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, Kuwait, Bahreïn, Oman, Qatar, Jordanie… Dans ces pays, les élections organisées sont pour choisir des institutions qui n’exercent pas le pouvoir politique. Parmi les deuxièmes se trouvent l’Algérie, la Mauritanie (avant le coup d’état) l’Egypte, Syrie, Irak, Tunisie, Yémen… Dans ces pays, l’institution qui dirige vraiment le pouvoir politique est désigné à travers des élections. Dans certains cas, ces élections n’ont pas de garantie (Egypte, Syrie, Tunisie, Yémen, etc.) mais dans d’autres cas, comme en Mauritanie, les élections étaient sans doutes fiables.

Les élections étant propres ou trichées, l’important est que l’on reconnaisse que le pouvoir a été avalé par le peuple. Cela fait une différence qualitative par rapport aux régimes monarchico-théocratiques. Le principe est que le pouvoir est désigné par le peuple. La façon d’application de ce principe indiscutable est différente et secondaire.

L’affirmation du principe que c’est le peuple algérien qui doit désigner son chef d’état établit une proximité de l’Algérie avec l’Europe dans le terrain des principes, un terrain que nous ne trouvons pas dans les régimes monarchico-théocratiques. Ceux qui dessinent la politique extérieur devraient en extraire les conséquences opportunes : de quel régime l’on se sent plus proches? De celui qui reconnaît le peuple comme titulaire de la souveraineté (l’Algérie) ou de l’autre qui ne le reconnaît pas (le Maroc)? Dans la réponse se trouve la clé de la sincérité des convictions démocratiques défendues ».

Readers Comments (1)

  1. putain de merde qu'est-ce qu'on peut lire des fois !!Hilarant, burlesque et sans doute pitoyable, ce sont les 3 adjectifs qui me viennent à l'esprit pour vous décrire Mr Ayache Mohamed. Le pire c'est que je suis sûr que vous y croyez à ce que vous dites. Je vous épargnerait les insultes mais tout ce que je peux vous souhaiter c'est une guerre pou en finir car il est clair que nos visions politiques font de nous des ennemis sans aucun doutes et que le statut quo n'est bon pour personne. Bien sûr je parle de l'Algérie et de son proxy réuni, en tout cas c'est bien de la haine que j'ai envers vous.Et sa vient du font du cœur cher ami, c'est loin d'être un vœu d'adolescent acnéique.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*