Le mensonge de l'autonomie

Par Mohamed Mahamu

En 1952, la résolution 637(VIII) de l’Onu déclare que le droit des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes est une condition préalable de tous les droits fondamentaux de l’Homme. Le 14 décembre 1960, la résolution 1514 de l’Assemblée Générale déclare que « tous les peuples ont le droit de libre détermination ; en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique »…

Afin de refuser la violence et la violation des droits fondamentaux de l’Homme et des peuples, afin également de redonner sa légitimité à l’ONU, il n’y a pas d’autre choix qu’un retour aux valeurs fondatrices de l’Organisation.

 La résolution 1871 du Conseil de Sécurité de l’ONU, adoptée à l’unanimité au mois d’avril 2009, évoque les droits inaliénables du peuple sahraoui à l’autodétermination sans ingérence extérieure et son droit à l’indépendance et à la souveraineté. Mais ce droit, envisagé par les accords de 1991, tarde à se réaliser. Les sahraouis, dans le désespoir de créer leur propre Etat, redoublent de manifestations contre l’occupation , et subissent de plein fouet les exactions des forces de sécurité marocaines. Les droits de l’homme les plus élémentaires ne sont pas respectés et ils sont même bafoués de la manière la plus officielle qui soit. Les manifestants pacifistes sont reprimés et emprisonnés comme des criminels au nom de la « défense de l’intégrité territoriale ».

 Dans ce climat peu serein, l’ONU demande au Front Polisario de négocier avec le Maroc, de croire en sa bonne volonté. Seulement cette bonne volonté est accompagnée par une obsession malsaine de l’usage de la force et la violence contre des civils désarmés et pacifiques dont le seul crime est d’exprimer leur besoin de se prononcer sur leur avenir.

 

Aujourd’hui, les sahraouis se trouvent face à des défis importants : Rétablir la légalité internationale et poursuivre les négociations, même en étant conscient de la stéritlité de cette voie du fait que le Maroc n’a d’autre proposition que l’autonomie. Une autonomie qui ne peut être qu’utopique, puisque le pouvoir au Maroc continue d’être concentré dans des insitutions défiant tout processus démocratique et la presse reste à la merci de la classe dirigeante. Qui dit autonomie dit déconcentration du pouvoir et transfert des compétences du centre aux infrastructures locales et régionales. Le roi Mohamed VI sait que le projet d’autonomie deviendra un choix d’organisation de l’Etat marocain et ne concernera pas uniquement le Sahara Occidental, ce qui veut dire un consentement à l’avance d’une limitation géante de ses pouvoirs et renforcement des rôles des autres intervenants. Les partis politiques n’ont pas été à la hauteur de saisir cette occasion pour étendre leurs revendications démocratiques parce qu’ils savent que cette déconcentration de la gestion du pays n’aura pas lieu. Tout simplement parce qu’il n’y a pas de transition démocraitque non plus. La transition a lieu après un changement de régime. Au Maroc, le même régime est toujours surplace et le paysage politique est toujours le même. The Economiste Intelligence Unit Unit a fait un classement pour l’année 2008. sur 167 pays examinés, le Maroc figure à la 121ème place, dans la catégorie régimes autoritaires. Le classement est basé sur cinq indicateurs: Processus électoral et pluralisme, libertés civiles, fonctionnement du gouvernement, participation politique et culture politique.

 Nous ne devons pas craindre d’emprunter la voie des négociations et continuer à lever les obstacles que l’autre partie sèmera, au fur et à mesure que nous progressons dans notre marche inéluctable vers l’indépendance. La résistance des militants sahraouis, partout où ils sont, consistera à brandir l’arme de la résistance pacifique et accumuler davantage de soutien politique et humain à notre cause et incitera les dirigeants marocains à renoncer à l’usage de la violence contre les jeunes manifestants dans les territoires occupés de la RASD. Toutefois, les combattants sahraouis reprendront les armes le jour où il sera établi que la voie des négociations s’est avéré infructueuse.

Pour une cause juste, comme la libération de son pays, le retour aux armes est légitime surtout lorsqu’il est la seule voie de recours. Nous espérons que les pays que se disent démocratiques comprendront que le soutien aux entêtements du royaume chérifien n’aidera pas à éteindre la flamme de l’instabilité dans cette région et ne réussira pas à faire taire les voix indépendentistes sahraouis.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*