L'empire français vu par Newsweek


Pourquoi il est si difficile de sortir de l’Irak, d’Afghanistan…ou des Iles Comores?

Ils sont comme les Açores, la Martinique ou Puerto Rico. Selon le magazine Newsweek, « les petites enclaves de Ceuta et Melilla, dans la côte marocaine, font toujours partie de l’Espagne et, par conséquent, de l’Union européenne. Des immigrés du plus profond de l’Afrique font de longs voyages et centaines de kilomètres, et même des milliers, à travers le désert pour essayer de sauter les murailles dans l’espoir de trouver l’asile ».

De plus, dans le graphique, selon la revue américaine, l’Espagne a jusqu’à sept colonies présumées dans son territoire, dans lesquelles vivent plus de trois millions d’habitants : les Îles Canaries, Ceuta, Rocher de Vélez de la Gomera, le Rocher de Houceima, Melilla, les Îles Chafarines et les Îles Baléares.

Dans un article, intitulé « Le fardeau de l’empire » et publié dans l’édition de juin, son auteur, Christopher Dickey, soutient que les empires, lorsqu’ils se voient comme des conquistadors, des occupants libérateurs, des forces de pacification ou des constructeurs de nations, sont des pièges qui consomment une « énorme quantité de ressources » militaires, économiques et politiques et, dans beaucoup de cas ils sont une partie du prestige de ceux qui le construisent ».

La thèse de Dickey se base sur le fait que ce qui avait un certain sens stratégique au XIXe siècle a cessé de l’avoir au XXIe dans un monde de missiles nucléaires et d’Internet.

L’article dédie quelques lignes à l’Espagne et aux villes autonomes de Ceuta et de Melilla quand il repasse les « vestiges d’anciens empires » qui peuvent se trouver « dans tout le monde ».

Ainsi, pour Dickey, ce sont les Français qui offrent le cas d’étude le plus compliqué et le plus instructif potentiellement en atrophie du passé et ambitions du futur. Le soleil ne se couche jamais sur ce que Paris appelle « confettis de l’empire » : A partir de la Polynésie Française, Nouvelle Calédonie et Wallis Futuna dans le Pacifique Sud à Saint-Pierre et Miquelon au large de la côte de Terre-Neuve. En effet, la plus longue frontière française n’est pas avec l’Allemagne ou l’Espagne, mais, grâce à la Guyane Française, avec le Brésil. « Il s’agit d’étendre notre influence » affirme sans ambages, si c’est en privé, un haut fonctionnaire au ministère français des Affaires Etrangères.

Mais est-ce vrai? Les traités équitables ont plus de sens si vous pouvez les obtenir. Au mois de mai, le président Nicolas Sarkozy a inauguré une nouvelle base militaire française à Abou Dhabi, similaire dans le principe, si ce n’est pas dans l’échelle, aux installations américaines au Qatar et au Bahreïn, plus loin sur la côte. Il se vante de ses mérites comme une démonstration du changement français pour forcer sa vision. Le Camp de la Paix, comme on l’appelle, vise à démontrer que la France est prête à défendre Abou Dhabi et d’envoyer ce signal à l’Iran à moins de 300 kilomètres. Mais, plus qu’une démonstration de force, c’est une vitrine pour les grands tickets de systèmes d’armes françaises que Paris tient à vendre dans la région. Contrairement à d’autres bases françaises d’outre-mer, il n’y a pas d’histoires de revendications françaises de souveraineté. Abu Dhabi veut diversifier sa dépendance à l’égard des forces de sécurité. Et, ce qui est certainement la plus grande rupture avec le passé, Abou Dhabi est en train de payer la note.

La Guadeloupe et la Martinique, dans les Caraïbes, sont plus typiques. Elles sont considérées comme partie intégrante du territoire nationale de la France, comme les EEUU. Pourtant, malgré des subventions massives financées par les contribuables français, elles ont été le théâtre de beaucoup d’agitation au cours des derniers mois que Sarkozy a reporté une visite prévue à plusieurs reprises. Les habitants de ces îles ne se battent pas pour l’indépendance, rappelez- vous, juste pour de meilleures initiatives de Paris pour compenser le coût de la vie plus cher dans ces marchés minuscules qui sont devenus dépendants des importations d’un continent éloigné.

Au total, les possessions de la France d’outre-mer ajoutent 2.6 millions de personnes a sa population et 120 mille kilomètres carrés de terres à son territoire, et donne à la France le troisième plus grand domaine de l’exclusivité de droits maritimes. Ils produisent du minerai de nickel et de la morue, ils ont fourni des zones d’essais d’armes atomiques dans le passé et sont les bases pour les rampes de lancement pour les explorations spatiales. Pourtant, quels que soient les avantages, les responsabilités et les coûts sont plus importants. « Au cours des années 1980 et même dans les années 1990, certains de ces arguments portaient un poids réel», déclare Robert Aldrich, auteur de « La Grande France: Une histoire d’expansion de la France d’outre-mer ». Aujourd’hui, cependant, ils sont surtout une ponction sur le budget, pour un coût estimé à € 16,7 milliards de dollars par année. »D’une certaine façon », dit Aldrich, « ils sont comme de vieux bijoux de famille, peut-être ils n’ont pas autant de valeur monétaire, mais une certaine valeur sentimentale ».

Sentimental, en effet. Dans la seconde moitié des années 1980, la Nouvelle-Calédonie était au bord de l’insurrection totale. Plus tôt dans l’année, la contagion de propagation rapide de l’agitation de la Guadeloupe, à mi-chemin dans le monde entier, à l’île française de Réunion à l’Océan Indien. Pas découragée, Paris a poussé en avant ce ressort pour faire de la Mayotte, une île minuscule entre Madagascar et le Mozambique, le 101e département de la République Française. Les résidents seront taxés, et recevront des allocations d’aide sociale, surtout la dernière, tout comme dans la métropole. Ils seront pleinement représentés dans le Parlement français et seront en mesure de voter à toutes les élections, y compris celles de l’Europe, car ils seront considérés comme des Européens, aussi. Et finalement, ils devront respecter l’ensemble les lois et règlements de la France et l’Europe,

La raison apparente qui a poussé Paris à prendre cette décision c’est parce que c’est ce que les gens de Mayotte veulent. Lorsque l’ensemble de l’archipel des Comores ont voté sur leur avenir en 1974, les autres îles se sont prononcées pour l’indépendance. Mayotte s’est prononcé pour… la dépendance. Et dans le référendum de mars dernier, le peuple a voté massivement pour des liens encore plus étroits. Dans un magnifique morceau de rhétorique excessive, la ministre française de l’Intérieur Michèle Alliot-Marie a dit que tout le spectacle était dans la »réaffirmation des valeurs qui forgent, aujourd’hui comme hier, l’unité de notre République et notre démocratie éternelle. »

Il est clair que la vieille «mission civilisationnelle» demeure. Cependant, culturellement, les résultats pourraient être tâchés d’anomalies. Parmi les quelque 180.000 Mahorais, presque tous sont des musulmans, et la polygamie est très répandue. Mais la polygamie va à l’encontre de la loi sur Mayotte comme c’est le cas en France. Le problème de l’immigration clandestine en provenance des autres îles des Comores à Mayotte, quant à lui, est énorme. Environ un tiers de la population est considérée, comme les appellent les Français, clandestins. Nombreuses sont les femmes enceintes qui risquent leur vie pour que leurs enfants soient nés « en France » et être candidat à la citoyenneté. Le taux de natalité est telle que les dans les 15 prochaines années, la population pourrait atteindre les 300.000. Déjà, le service de maternité de l’hôpital principal de Mayotte est le plus occupé en France, avec 20 bébés nés par jour. Les perspectives d’emploi pour les enfants qui y grandissent sont minces. Sur les 4.000 qui entrent sur le marché du travail chaque année, seulement 1.000 arrivent à trouver du travail. Et puis, il y a la position de la République Islamique des Comores, qui gère les autres îles. Il peut être l’un des gouvernements les plus instables au monde, mais il affirme que la Mayotte fait toujours partie de son territoire, de même que l’Organisation des Nations Unies.

En effet, les tentatives faites par les Français pour expliquer pourquoi la France veut de la Mayotte relèvent du surréalisme. Les critiques de la Gauche dénoncent, apparemment sans aucun sens de l’ironie, que les Français veulent exploiter la Mayotte pour ses gousses de vanille et de l’huile aromatique de l’arbre d’ylang-ylang. Si le véritable motif était de garder la valeur stratégique du Canal de Mozambique, il est étonnant que la France n’ait jamais procédé à la construction de la base prévue en Mayotte dans les années 1970.

En fait, ce qui a du sens stratégique global pour l’amiral Mahan dans le 19ème siècle, quand il a conseillé de saisir des points d’appui dans des pays étrangers, n’est pas si logique aujourd’hui. Dans un monde de missiles, armes nucléaires et des terroristes inspirés de cutters de l’Internet, la projection de l’influence politique est au moins aussi important que la projection de force. L’idée de l’empire n’est plus plausible, sa réalité n’est plus crédible. Le problème n’est pas seulement que les anciens impérialistes n’avaient pas de stratégie de sortie, mais c’est que, dans certains endroits, il n’y a pas de sortie du tout.

Newsweek, 22/06/2009, Christopher Dickey, chef de bureau de Newsweek à Paris et rédacteur régional du Moyen-Orient (http://www.newsweek.com/id/201753)

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*