Le status quo selon le journal marocain Hespress

Le journal digital marocain Hespress, dans un article publié le 21 août 2009, sous le titre de « Les précautions de l’autonomie », définit les différentes options découlant de la situation actuelle au Sahara Occidental. Parmi ces options, les status quo à travers la prolongation indéfinie de la mission de la MINURSO. Selon l’articuliste, depuis 17 ans, la mission de la MINURSO se prolonge, et rien n’empêche cela de perdurer encore 50 ans. Il ajoute que cette option a des côtés avantageux pour le Maroc :

– Pour éviter tout risque pour le Maroc, le status quo est la meilleure solution et la moins chère et évitera de s’aventurer dans des terrains inconnus.

– Empêcher la création d’un Etat fantôche soutenu de l’extérieur.

– Le temps diminuera la détermination des sahraouis

– Bouteflika est malade et sera fatigué

– – La prolifération du terrorisme amoindrira l’influence internationale de l’Algérie.

– Permettra de renforcer le rôle des juifs marocains pour soutenir le Maroc au niveau international.

– La relation avec les USA et la France protégera le Maroc d’être condamné par la communauté internationale

Cet article illustre largement les intentions de Rabat de faire perdurer la situation actuelle, en comptant sur l’état de santé du président Bouteflika et sur la montée du terrorisme en Algérie, une carte sur laquelle le Maroc a toujours joué. Le soutien du terrorisme en Algérie a été, depuis 1991, l’activité principale des services secrets marocains dans le contexte de la politique du but qui justifie les moyens.

La rencontre tenue à Durnstein en Autriche, du 10 et 11 août, entre les délégations représentant le Maroc et le Front Polisario, n’a rien apporté de concret. Cette rencontre qualifiée d’informelle en vue d’une bonne préparation du 5e round de négociations entre les deux parties a tourné court puisque, de toutes les façons, peu de monde s’attendait à un résultat tangible. La seule concession a été une acceptation de publier un communiqué qui a été rendu public par le médiateur onusien Christopher Ross pour sanctionner la rencontre.

Les deux parties, le Front Polisario et le Maroc, ont renouvelé leur « détermination à poursuivre les négociations le plus tôt possible »

Le communiqué sur cette rencontre est identique à celui publié lors des quatre rounds de négociations à Manhasset. Le Front Polisario a souligné la « bonne atmosphère » qui a caractérisé les pourparlers. La même chose a été dite, en 1989, après la rencontre à Marrakech, avec feu roi Hassan II. Cela était il y a 20 ans.

La vérité a été dévoilée par le journal Hespress. Le Maroc n’a rien à gagner en dehors du status quo dans un vain espoir de voir la situation bouleversée dans la région, soit par le terrorisme, soit par le départ de Bouteflika.

« Le temps joue en faveur du Maroc et il faut le gagner avec des initiatives par-ci et par-là pour que tout le monde reste dans la salle d’attente, c’est moins dangereux que d’entrer dans la salle des opérations », souligne le journal Hespress. Parmi ces initiatives, les négociations qui n’aboutissent à rien.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*