L'histoire nous acquittera

C’était  en octobre 1975. Si vous êtes né cette année là vous avez 34 ans, vous avez largement dépassé l’âge de la majorité absolue ; si vous étiez à l’école primaire, vous êtes bourré de diplômes, bien installé dans votre bureau ou dans votre commerce ou vous êtes un grand fonctionnaire de l’Etat corrompu marocain.
Malheureusement aussi, vous n’avez pour seuls et uniques repères, que les mensonges, l’intoxication et le lavage de cerveau typiques du palais royal et ses clients des partis fachistes. Sauf si vous avez un esprit particulièrement alerte et critique, donc suffisamment rebelle aux idées fausses qui circulent dans chaque coin de rue et dont le roi et ses thuriféraires vous ont et continuent de vous gaver abondamment, il vous est difficile de renouer avec la pensée juste, celle qui n’est pas possible si elle exclut l’autre du débat et de la simple existence physique, celle qui proclame que la monarchie alaouite n’est pas porteuse de bonheur mais de crimes contre l’humanité.
Engourdi par cette drogue chauviniste qui ravage les esprits et que Hassan II et sa progéniture ont camouflé sous les slogans d’unité nationale, consensus pour le Sahara, intégrité territoriale, démocratie, commissions pour ceci, commissions pour cela… vous ne savez même plus identifier le vrai du faux, vous ignorez que la cause du malheur des citoyens marocains est cette entreprise aveugle appelée « la récupération des provinces du Sud » ou invasion du Sahara Occidental, en termes juridiques.
 Vous êtes de ceux qui pensent et croient dur comme fer que la présence du Maroc dans cette ex-colonie espagnole constitue un acte légitime, vous êtes certain comme ceux qui vous intoxiquent que le renoncement au droit et à la morale peut être synonyme de légitimité.
On vous a appris à ne pas appeler les choses par leurs noms uniquement pour éviter de leur appliquer le droit, mais tel est le pari en cours, les oppresseurs sont au pouvoir, les partisans de l’Etat de droit dans les géoles ou dans la marginalisation, tels sont les véritables courants qui s’opposent au Maroc. Mais cela ne peut pas s’éterniser, un jour la balance se penchera du côté de la vérité, c’est la loi de l’histoire.
Observez combien d’énergies dépensent la monarchie et ses complices au Sahara et dans l’institutionnalisation de l’injustice, et demandez-vous où serait le Maroc si un centième de ce potentiel était investi au service du droit et de la morale!
Toute la société marocaine, volontaire ou involontzirement, et à sa tête les partis marionnettes, coopèrent dans lee crimes perpétrés contre le peuple sahraoui
Comme il serait chic de vous voir dénoncer tous les crimes les plus crapuleux commis au Maroc et au Sahara Occidental par le régime alaouite et son gouvernement dont vous dites qu’il est démocratiquement élu et que vous avez donc assis là où il est et pour la seule mission dont il est capable : tuer et massacrer les innocents et ses administrés, voler, malverser et corrompre. Et regarder vers l’Algérie pour la culpabiliser de tous vos malheurs.
L’idée malheureuse que la société civile marocaine cultive selon laquelle la révolte sahraouie contre l’occupation marocaine serait manipulée par des pays voisins, impression bien popularisée par le régime sanguinaire de Rabat, rappelez-vous que les peuples mauritanien et algérien ont déjà fait de même.  Ils ont  repoussé l’idéal expansionniste de la monarchie alaouite. Diriez-vous qu’eux, aussi, ont été manipulés? Par qui, alors? 
Notre héroïque résistance et notre sacrifice est là, niés par les partisans du non droit qui se proclament démocrates, et c’est cette résistance qui sauvera notre peuple du génocide et de l’oppression dont vous aussi êtes victimes et le remettra sur les sentiers d’une nation indépendante, d’une vraie démocratie, en harmonie avec les normes de la morale universelle et du droit international aujourd’hui méprisées par un régime qui répond à toutes les caractéristiques d’un Etat voyou.
Les propagandistes de l’endormissement continueront à se réfugier derrière le slogan criminel de l’intégrité territoriale pour continuer à vous mener du bout du nez. Le nombrilisme des promoteurs de l’institutionnalisation de la répression et la corruption poursuivront leur tâche aveuglante en finançant les médias chargés de diffuser le venin en guise d’idéal de grandeur et intégrité.
Aujourd’hui les mêmes propagandistes de l’endormissement vous jurent, tout en pleurnichant sur les dérives dictatoriales et sanguinaires de Mohamed VI, en réalité il n’y a pas de dérive car son régime était criminel dès le départ, ils jurent donc qu’il y aurait plus de liberté d’expression au pays. Mais les amendes et les saisies sont la preuve irréfutable que c’est toujours le palais et le ministère de l’intérieur qui définit le contenu de la liberté éditoriale et d’expression. Ils vous jurent que les droits de l’homme sont respectés, alors que les citoyens honnêtes sont tabassés tous les jours pour la seule raison d’oser demander du travail.
 
Ils se sont imposés par la violence et le crime, par le mépris du droit, par les idées qui tuent et l’impunité ; cela ne sera jamais la démocratie. Car sur la balance des normes qui fondent cette dernière et l’Etat de droit, les dictatures de Mohamed VI et celle de son père s’équivalent, sont semblables, et cela explique pourquoi leurs leaders et thuriféraires sont si spontanément d’accord pour combattre ensemble la démocratie, les droits de l’homme, le droit international et la morale universelle.
Ceux qui naïvement avaient cru que le Maroc allait voir le bout du tunnel ont déchanté. Des punitions  sélectifs, des règlements de comptes et des attaques ciblées ont été régulièrement signalés à travers  tout le pays. Sauf au Sahara. Là, c’est le tabou.
Le peuple marocain se trouve tellement aveuglé par ces voyous qu’il ne considère plus les sahraouis comme des être humains. Il a octroyé une carte blanche à l’Etat dans ce territoire. Pire encore, pour lui, les sahraouis méritent la répression, l’humiliation, même l’extermination. L’histoire retiendra la honte de la société marocaine et acquittera ce noble peuple dont le seul crime est de vouloir s’émanciper dans sa propre entité. 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*