Les corrections dans les relations diplomatiques

Depuis l’arrestation du fils du Kadhafi par la police suisse, des fonds libyens ont été retirés des banques suisses. Les portes ont commencé à claquer au nez des ingénieurs et des financiers suisses qui travaillaient à Tripoli et Benghazi. Berne a été informé que le pétrole et le gaz allaient se raréfier dans ses tuyaux. Deux employés d’entreprises helvétiques ont été arrêtés en Libye. 
La crise a duré un an. Kadhafi faisait monter la pression au fil des mois. La ministre suisse des affaires étrangères, Micheline Calmy-Rey, qui en a perdu ses cheveux gris, est allée à Tripoli et elle en est revenue avec une marque de semelle sur le derrière. Finalement, la semaine passée, le président de la Confédération lui-même, Hans Rudolf Merz, a pris un petit avion (il n’y a plus de vol régulier entre la Suisse et la Libye) pour aller présenter ses excuses au guide libyen. Kadhafi ne l’a pas reçu. 
Merz a dû se contenter du menu fretin et, devant les caméras de la télévision libyenne, il a récité ses excuses, sans aucune réticence, avec cette précision qui fera date dans l’histoire des négociations internationales : la Suisse accepte la constitution d’un tribunal arbitral pour juger l’action de la police genevoise, tout en admettant par avance que son intervention était dans sa forme « injustifiée et inutile ». Les juges n’ont même pas besoin de se réunir : l’arrêt est déjà rédigé. 
La décence et la justice se sont fait la malle, depuis un bout de temps. Depuis que les hommes d’Etat acceptent d’aller s’humilier pour du pétrole, pour des dollars, et pour que les hôtels ne se vident pas. 
Pour les mêmes raisons, la France a accepté de s’ériger en porte-parole du Maroc dans les enceintes onusiennes. Le berceau de la Révolution Française, le pays qui a inventé le « droit d’ingérence humanitaire » a bloqué le dossier des droits de l’homme et a refusé que le Conseil de sécurité de l’ONU élargisse le mandat des casques bleus au Sahara Occidental. C’est encore la France, par la voix de son représentant à l’ONU qui a soutenu sans réserve le plan d’autonomie du Maroc qui bafoue le droit international fondé sur le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, donc sur le droit à l’autodétermination. 
« S’il n’y a pas aujourd’hui de solution politique ou de référendum au Sahara Occidental, c’est principalement à cause de la France » a souligné Boukhari Ahmed, le représentant du Front Polisario à l’Organisation des Nations unies. 
N’est-ce pas cela une provocation à l’Algérie et une humiliation qui exige réparation? La fierté des algériens a été bafouée à partir du moment où la France a laissé de côté le principe de neutralité dans un conflit dont elle n’est pas concernée ni de près ni de loin. 
Les conséquences de cette attitude du gouvernement français sur les relations bilatérales sont néfastes. La visite du président algérien programmée en France a été reportée à plusieurs fois. 
La Suisse, à cause d’un petit incident, a été mise dans une situation très inconfortable par la Libye. Maintenant que les négociations entre sahraouis et marocains ont repris à nouveau, le président Sarkozy irait-il jusqu’à pousser les autorités algériennes à réagir de la même façon? Ce qui est certain, c’est que le gouvernement français mérite une bonne correction. 
Un proverbe sahraoui dit : « Quand quelqu’un te mord, si tu ne fais pas de même, il va croire que tu n’as pas de dents ». 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*