Interdit d'écrire sur la santé du roi

 

Il est interdit d’écrire sur la santé de Mohamed VI

 

La police marocaine interroge trois directeurs de publications et d’autres six journalistes pour avoir commenté ou apporté des données sur la maladie du monarque alaouite.

IGNACIO CEMBRERO – Madrid – 06/09/2009
Il est interndit, au mois d’août, de publier au Maroc un sondage sur la monarchie qui lance des résultats favorables pour Mohamed VI. Il est interdit, ce mois-ci, d’écrire sur le premier communiqué du palais royal – il n’a pas de précédents dans l’histoire du Maroc – qui à la fin du mois d’août a annoncé que le monarque subissait une « infection de rotavirus avec des symptômes digestifs et une déshydratation aigue » et avait besoin d’une « convalescence de cinq jours ».
Le long de cette semaine, la police judiciaire a interrogé pendant des jours, par ordre du ministère public de Rabat, les directeurs du journal Al Jarida A-Oula et des hebdomadaires Al Ayam, qui a le plus grand tirage, et Al Michaal, et à six de ses journalistes pour commenter la gastroentérite royale ou pour y apporter plus de détails. 
Le 1er août, le Ministère de l’Intérieur marocain avait ordonné la séquestration et la destruction des cent mille exemplaires tirés des hébdomadaires TelQuel et Nichane, à cause du dixième anniversaire de l’intronisation de Mohamed VI, qui publiaient un sondage en collaboration avec le journal français « Le Monde ». A ce moment-là, celui-ci n’a pas pu être distribué au Maroc.
Le 1er septembre, le ministère public a ordonné l’ouverture dune « investigation minutieuse » sur une nouvelle publiée cinq jours d’avance dans « Al Jarida Al-Oula », comme signalé un communiqué. Dans l’article qui citait des sources médicales on indiquait que « l’origine du rotavirus contracté par le roi est dû à l’utilisation de corticoïdes contre l’asthme qui causent l’enflure du corps et diminuent l’immunité ».
Ce sont « des données trompeuses et de fausses informations sur la santé de Sa Majesté », assura le ministère public. Elles contredisent la « vérité refletée dans le communiqué officiel signé [le 26 août] par le médecin personnel » du monarque, le professeur Abdelaziz Maaouni. Celui-ci a demandé, en plus, au Collège de Médecins sa collaboration pour vérifier qui était la source du journal. « C’était l’un des objectifs de mon interrogatoire », confirme Ali Anouzla, directeur de « Al Jarida Al-Oula ». 
Le samedi après-midi, le ministère public a publié deux autres communiqués, rédigés dans des termes presque identiques au premier, dans lesquelles il donnait des instructions à la police pour chercher l’origine des deux articles de « Al Ayam » et « Al Michaal ». Ses directeurs, Noureddin Miftah et Idriss Chahtan, ont été interrogés dans un commissariat toute la nuit de samedi à dimanche et convoqués à nouveau aujourd’hui après-midi.
Sous le titre de « Rotavirus : sa cause est une immunodéficience ou une allergie » « Al Michaal » reprend quelques déclarations du médecin Mohamed Ben Boubakri qui avalisent, en partie, la thèse selon laquelle les défenses de Mohamed VI seraient plutôt basses.
Bien qu’il soit probable qu’il finisse par le faire, le ministère public n’a pas encore présenté des charges contre aucun des journalistes interrogés. Même ainsi, la mobilisation pour leur défense a déjà commencé. « Il est lamentable que la presse ne peut pas formuler des doutes sur la véracité des bulletins officiels sur la santé du souverain », affirme Reporters Sans Frontières. Le Comité de Protection des Journalistes a aussi dénoncé depuis New York le harcèlement contre les médias indépendants marocains.
Il est probable que ce soit parce que c’est un sujet tabou, mais cde qui est certain c’est que la santé du monarque est un sujet de conversation fréquent au Maroc. « Il y a quelque temps que les Marocains s’inquiètent de la santé de leur roi et les apparitions de Mohamed VI, qui à l’œil, a pris du poids,  ne contribuent pas à apaiser », écrivait samedi l’hebdomadaire Tel Quel.
« L’aspect de Mohamed VI a changé au milieu de cette décennie », ajoutait Al Ayam. « Le jeune homme attractif qui est arrivé au trône quand il n’avait même pas 36 ans a maintenant plus de poids ». « Et malgré le fait que le roi pratique du sport, dans les derniers temps chaqu’une de ses apparitions publiques suscite des rumeurs sur des possibles maladies comme l’asthme ».


Traduction : Diaspora Saharaui

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*