Des articles qui sèment la zizanie au Maroc

Nous avons déjà dit que le but de notre blog était de remplir le vide existant dans le domaine médiatique du Front Polisario. Jusqu’à maintenant la machine de Goebbels marocaine nageait en toute liberté sur cette prodigieuse chose appelée Internet et il faut reconnaître que ses effets sur les citoyens marocains sont indéniables. La propagande marocaine a réussi à monter tous les marocains, sans exception, contre le peuple sahraoui et l’Algérie.
Avec notre blog, nous avons réussi à changer la donne. Dans le domaine médiatique, le Front Polisario est passé de l’état de défense à l’offensif dans le but de réveiller le peuple marocain et lui montrer la réalité de ce qui se passe au Sahara Occidental.
Il paraît que cela a créé la zizanie dans les centres du ministère de l’intérieur marocain, puisque, depuis quelque temps, ils ont multiplié leur production traitant l’affaire du Sahara, mais surtout les articles qui s’attaquent à l’Algérie et au gouvernement algérien, sans oublier leurs tentatives de s’en prendre au site Bellaciao qui héberge presque toutes nos publications.
Ils investissent tous les sites que nous avons trouvés ailleurs pour publier nos articles. C’était le cas pour « Alter-monde », « Dabio.net »…. Nous étions persécutés partout où nous allions pour faire entendre notre voix. Nous nous sommes rendu compte que nous dérangions les sbires de sa majesté. Maintenant que Rabat n’est plus le seul maître sur la toile, n’est plus à l’aise.
Mais qu’est-ce qui dérange à ce point-là? Tout simplement la vérité qu’un petit groupe de sahraouis résidents en Europe ont pris l’initiative de sortir à la lumière et de prendre contact avec nos frères marocains pour leur faire entendre notre voix, la voix d’un peuple éxilé depuis 34 ans et qui ne lâche pas prise.
Nous sommes conscients que, quelle que soit la supériorité marocaine dans ce domaines (ils ont créé des dizaines de sites dans le but de maintenir les marocains à leur merci) la vérité finira par triompher.
Dernièrement, le gouvernement marocain a voulu faire croire à ses concitoyens que la Jamahiriya libyen a arrêté son soutien au Front Polisario par conviction de l’injustesse de sa cause. Ainsi le journal du palais, Le Matin, écrivait, dans son éditorial du 30 août 2009 : » la Libye a opéré un tournant majeur et décisif dans sa vision du conflit du Sahara, et le président Kadhafi –dont on pouvait croire et constater même qu’il soutenait au début de l’affaire le polisario et donc l’Algérie – s’est immédiatement rétracté. Arrivé «impromptu » au Maroc en 1984, en plein mois de Ramadan, il était accueilli à Rabat par feu S.M. Hassan II qui lui présenta les familles et les parents marocains des membres du polisario. Le dirigeant libyen, qui n’en crut pas ses yeux, changea immédiatement d’attitude et arrêta net son soutien, politique, financier et militaire, aux séparatistes du polisario ».
Nous avons dit que la véritable raison était que Kadhafi se trouvait étouffé par les attaques aériennes américaines et il est allé cherché du secours chez leur grand ami, feu Hassan II. Apparemment, il y avait une autre raison que nous ignorions mais qui a été révélée par un magazine connu par sa sympathie pour le régime marocain : Jeune Afrique.

Selon un article publié aujourd’hui sous le titre « Ils étaient douze, il n’en reste qu’un » il parle de ce qui sont devenus les membres du Conseil de commandement de la Révolution (CCR) qui renversèrent la monarchie libyenne en 1969. Parmi eux, Omar El-Mehechi, qui selon le journal, « a été exécuté en janvier 1984. À la mi-août 1975, suite à l’ébruitement d’une conspiration présumée avec deux autres membres du CCR, Béchir Hawadi et Awadh Hamza, et des « officiers libres », pour la plupart originaires comme lui de Mesrata, la troisième ville du pays, Mehechi s’enfuit en Tunisie. Bourguiba refuse de le livrer malgré l’insistance de Kaddafi. Mais au bout de six mois, il part s’installer en Égypte, puis plus tard au Maroc. El-Mehechi est condamné à mort par contumace par un tribunal militaire libyen avec vingt et un jeunes officiers, tous fusillés. À la fin de 1983, le Maroc le livre au « Guide »: un avion royal le transportant en Arabie saoudite pour le pèlerinage atterrit fort opportunément dans un aéroport libyen. En retour, Kaddafi cesse son soutien en armes et en argent au Polisario. »

Ce ne sont pas des sahraouis qui le disent mais bien un magazine plus pro-marocain que les marocains-mêmes.

Voilà encore une preuve que la vérité finit toujours par éclater, et c’est ce principe qui nous anime depuis le début, convaincus que nos frères marocains finiront par connaître la vérité quelle que soit la puissance des appareils de propagande de Chakib Benmoussa et Cie.

 

                       

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*