La trahison, un principe de la monarchie alaouite

– Avant l’indépendance, la monarchie a fait preuve d’une trahison passive qui durera jusqu’aux derniers soulèvements populaires des années 53-55, en ne centralisant pas les innombrables mouvements de résistance qui vont se développer dans tout le pays, et en aidant au maximum son gendarme français à les réprimer.
– Après l’indépendance du Maroc, le 2 mars 1956, le Parti Istiqlal décide de continuer la lutte armée contre l’occupation espagnole au Sahara Occidental et l’occupation française de la Mauritanie pour réaliser le rêve d’Allal El Fassi du « Grand Maroc » allant de Tanger au Fleuve Sénégal. Le roi Mohamed V décide en 1958 retirer son appui à l’Armée de Libération Marocaine et participer à son anéantissement en collaboration avec les troupes espagnoles et françaises dans ce qui allait être connu comme l’Opération Ecouvillon. La récompense du roi du Maroc était l’annexion de Tarfaya en 1958.
– Le 22 octobre 1956: Les dirigeants du FLN sont dénoncés par la monarchie et leur avion, un DC-3 de la Royal Air Maroc, est détourné par la France. Ben Bella, Aït Ahmed, Boudiaf, Khider et Lacheraf sont faits prisonniers.
– 1962 : Le Maroc offre des avions de combat MIG qui s’avéreront, un an plus tard, inutilisables lors de la guerre des sables.
– Octobre 1963 : La découverte des gisements de fer de Ghar Jbeïlate attire la convoitise de Rabat qui lance des attaques sur la région de Tindouf et Bechar. Les escarmouches ont duré près de trois mois. L’Algérie en est sortit victorieuse malgré les blessures de la guerre d’independance encore toutes fraîches.
  Avec la reprise des revendications marocaines en 1974, le Maroc trahit l’accord signé avec l’Espagne en 1969 lui ayant permis d’obtenir l’enclave de Sidi Ifni en échange de l’abandon de ses prétentions territoriales.
– Le 6 novembre 1975, avec la Marche Verte trahit les accords du 14 septembre 1970 entre l’Algérie, la Mauritanie et le Maroc sur le Sahara occidental dans lequel chacun admet le principe d’autodétermination sur la base de la résolution de l’Assemblée Générale de l’ONU du 16 décembre 1965. La question du Sahara avait été portée à l’attention des instances internationales, et notamment des Nations Unies. L’armée marocaine commence à s’incruster dans le territoire sahraoui.
– Le 14 novembre 1974, le Maroc signe avec la Mauritanie et l’Espagne l’Accord Tripartite de Madrid sans que le gouvernement algérien, jusque-là partie concernée, en soit informé.
– Fin 1983 : Omar El Mehechi, opposant libyen est livré au gouvernement libyen. Un avion royal le transportant en Arabie Saoudite pour le pèlerinage atterrit dans un aéroport libyen. En retour, Kaddafi cesse son soutien en armes et en argent au Front Polisario.
– La monarchie a aussi trahi ses promesses de démocratisation et de décentralisation du pouvoir faites depuis les années 1960 et avec les assassinats de leurs leaders (Mehdi Ben Barka, Omar Benjelloun)  sans oublier ses trahisons à la cause arabe et palestinienne en soutenant les accords de Camp David signés par Anwar Sadat en 1983 et la tenue des relations diplomatiques avec l’Etat d’Israël. 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*