Mohamed VI, le roi cool

Au lieu de participer dans la 64e session de l’Assemblé Générale des Nations Unies pour défendre les thèses de son pays sur le Sahara Occidental, le roi Mohamed VI reste au palais royal pour préparer le marriage de son cousin Moulay Ismail avec une allemande convertie à l’Islam ou du moins c’est qu’on dit dans les cercles officiels alaouites. 
L’une de ses voitures favorites, l’Aston Martin DB7 ne pourra pas défiler à la fête nuptiale. Quelque chose lui faisait défaut. La fastueuse voiture de collection avait besoin d’être révisée et le roi du Maroc n’a pas fait attention aux distances ni aux frais. Il a embarqué sa chère voiture de couleur acier dans un avion des Forces Aériennes Royaleset il l’a envoyée à 2.000 kilomètres de Rabat, à destination du sud de l’Angleterre. 
A son arrivé à l’aérodrome de Cranfield, où elle a été déposée par l’Hercule C-130, la voiture a été chargée sur un camion de dépannage jusqu’à l’atelier mécanique de la firme, dans le village de Newport Pagnell. Le journal londonien The Sun laissait hier une constance, sur quelques photos, du débarquement de l’Aston Martin, fabriquée il y a 10 ans et achetée à 102.000 euros. 
les écologistes ont été scandalisés par le gaspillage royal. Le porte-parole de l’organisation « Les Amis de la Terre« , Tony Bosworth, a taché d' »absurde » toute l’opération. « Les avions sont l’un des moyens de transport les plus polluants », affirma-t-il. « C’est sûr que la voiture pouvait être réparée plus près de chez lui ».

L’exemple de Carlos 
Plus près, bien sûr, se trouve l’atelier officiel de la firme automobile ubiqué à Marbella. La ville malaguène est à environ 400 kilomètres de la capitale marocaine, par conséquent, il aurait été un peu plus raisonnable. Par une raison quelconque, le souverain a préféré ne pas envoyer son coûteux jouet en Espagne. Mohamed VI devrait apprendre des équilibres écologiques du prince Charles, un autre grand amant des voitures de luxe. Le futur roi britannique n’a pas renoncé à conduire l’Aston Martin décapotable que la Reine Isabelle II lui a offert lors de son 21e anniversaire. Cependant, pour réduire ses émissions de carbone, il a remplacé le moteur traditionnel d’essence par un autre qui fonctionne avec de l’alcool. 
Mohamed VI, un des rois les plus riches du monde, possède, selon l’hebdomadaire casablancais Al Ayam, environ 600 véhicules de collection. Parmi elles, plusieurs ont été héritées de son père Hassan II, mais lui-même en a ajouté, au fur à mesure, pour améliorer son impressionnante collection. Rien que le parc automobile du Palais suppose plus de 6 millions d’euros par an pour sa maintenance, et les frais de déplacements dépassent les 30 millions d’euros. 
S’il y a quelque chose dans laquelle le « roi des pauvres » n’est pas prêt à épargner, c’est dans les voitures, son dada multimillionnaire. Il suffit de faire un peu de mémoire et remonter le temps d’un an. Au Maroc on se rappelle, d’une forme anécdotique, cette date-là parce que c’était quand le monarque alaouite a réalisé pour la première fois une visite officielle en Italie et a dédié du temps à ses penchants, entre autres lorsqu’il a assisté à un circuit de Formule-1 et il a même essayé une voiture de course sur la piste. 
Mais le souverain marocain n’a pas peur des factures astronomiques des futures réparations mécaniques. La revue Forbes le place dans la liste des huit monarques les plus riches du monde, avec une fortune de 883 millions d’euros, dans un pays où cinq millions de personnes vivent avec moins d’un euro par jour. La richesse de celui qu’on a surnommé sur Internet le roi des phosphates aurait été quintuplée dans presque 10 ans. Exactement le temps depuis lequel il est sur le trône. 
Avec vêtement de néoprène 
Les images de Mohamed VI avec costume de néoprène sur sa moto nautique et aussi avec manteau et chapeau de chasse en train de viser avec une carabine continuent d’occuper les couvertures des journaux people qu’ils ont acquises dans les dernières années. De là, on l’appelle le Roi Cool par son penchant pour le sport de vitesse et par son apparente modernité. 
Même si les vacances du Roi sont l’un des secrets les mieux gardés, la presse indépendante a révélé que Mohamed VI a l’habitude de fréquenter le coeur des Alpes françaises. Au moins une fois par an, il se rend dans la station de Courchevel qui, par la qualité de ses logements et de ses pistes, elle accueille toute la fine fleur et la crème fraîche mondiale que le monarque aime côtoyer.
Et s’il trouve encore le temps, il se rend au district de Paris où se trouve son couturier favori, l’Italien Gianfranco Ferré. Le monarque non seulement est enveloppé des conceptions de Ferre. Dernièrement – comme révélé par l’hebdomadaire indépendant Tel Quel- on a fait faire des vêtements de veston en laine de lame, considéré l’un des tissus les plus cotés dans le monde. La dernière commande a surpassé les 43 millions d’euros. Il est vrai que George Clooney a aussi sollicité le même, mais l’étoile de Hollywood n’est pas un roi, et encore moins, il se fait appeler l’acteur des pauvres. 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*