Isaacsson décoré par le roi Mohamed VI

Le site israélien JTA a annoncé mardi 6 octobre que le roi Mohammed VI a accordé un des honneurs les plus distingués de son pays à un leader juif.
Jason Isaacson, le directeur du Comité Juif Américain d’affaires gouvernementales et internationales, a été décoré avec la médaille de Chevalier du Trône du Royaume du Maroc. « Par la réforme et la réconciliation politiques, par sa position ferme contre l’extrémisme, par sa protection continue des minorités religieuses, le Maroc a prouvé à maintes reprises son amitié, sa force, ses principes, » a dit Isaacson la semaine dernière lors de la cérémonie. « Aujourd’hui, nos espoirs sont de nouveau investis au Maroc et spécifiquement à Sa Majesté le roi Mohammed VI, un descendant direct du Prophète Mohammed – comme symbole de tolérance et modération, comme défenseur inébranlable des valeurs qui sont à la base des trois grandes fois d’Abraham, comme un vrai champion de la paix. »
Pour sa part, PRESS TV rapporte que le ministre des affaires étrangères israélien, Lieberman a rencontré, en marge des sessions de l’Assamblée Générale des Nations Unies, son homologue marocain dans la perspective d’une normalisation des relations entre les deux pays.
Cependant, la presse officielle marocaine n’a rien rapporté sur ces deux importants évènements.
Au moment où l’administration Obama souhaite associer le Maroc au processus de paix au Proche Orient, le royaume chérifien, un des pays précurseurs des relations d’amitié avec Israël se trouve confronté aux enjeux de ces relations. La crainte d’une contestation populaire à cette politique d’ouverture avec Israël est manifeste.
La polémique soulevée autour de la caricature publiée par le journal Akhbar Al Yaoum est un exemple vivant de cet enjeu.
La caricature du Prince Moulay Ismaïl avec sa main droite levée, à l’image de Hitler est une allusion claire aux origines juives de la mariée qu’on a dit convertie à l’Islam, une conversion que, d’ailleurs, personne ne pourra vérifier. Avec l’étoile de David sur le drapeau marocain, le dessinateur a voulu dire que l’Etat marocain est à la merci d’Israël. C’est peut-être la raison pour laquelle les autorités marocaines ont réagi d’une manière violente.
D’autre part, ces craintes peuvent être derrière le blocage du dossier du célèbre opposant marocain assassiné à Paris si la justice a trouvé un quelconque lien avec le Mossad.
Pour mener à bien son rôle de lien entre Israël et le monde arabe, le Maroc se trouve confronté à cette dure réalité d’une société marocaine, profondément touchée par les excès de l’Etat hébreu envers les palestiniens

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*