L'ONU doit réagir avant qu'il ne soit trop tard

Depuis la signature des accords de cessez-le-feu en 1991, le Maroc s’est délaissé de tous ses engagements et, aux yeux de la communauté internationale, son régime a perdu toute sorte de crédibilité. Depuis lors, le gouvernement marocain s’impose par la violence, l’intimidation, la manipulation et la corruption. 
Les yeux des citoyens sahraouis sont rivés vers les Nations Unies et le Conseil de Sécurité, en particulier. C’est de là qu’ils attendent une réponse à leur espoir de voir leurs droits respectés. Cependant, force est de constater que toutes les tentatives de l’ONU d’aboutir à un règlement du conflit n’ont pas, jusqu’à-là, abouti. 
Pire encore, la population civile est victime des pratiques les plus atroces exercées par les forces de répression marocaines. En plus des crimes de guerre commis dans le passé, les droits de l’homme sont bafoués au quotidien dans un territoire qui est devenu une grande prison à ciel ouvert dont les murs sont les fortifications de sable et de mines gardées par plus de 160.000 soldats de l’armée marocaine. 
La politique pacifiste des dirigeants sahraouis est de plus en plus contestée par ses concitoyens. Malgré les innombrables atouts dont dispose le Front Polisario, celui-ci reste avec les mains attachées par un processus de paix qui n’a rien donné malgré les 18 ans d’attente. Parmi ces atouts, on peut citer entre autres : 
– le soutien populaire massif, maintes fois démontré par l’Intifada dans les territoires occupés.
– la détermination inébranlable du peuple et des combattants sahraouis qui n’attendent qu’un signal de leurs leaders pour recommencer le combat par les armes.
– le nombre important des moyens roulants et la qualité exceptionnelle de puissance de feu de l’Armée de Libération Sahraoui.
– le soutien permanent et inconditionnel des alliés historiques de la cause sahraouie.
– la légitimité de la lutte sahraouie certifiée par la légalité internationale. 
Ces atouts et d’autres encore devraient permettre de venir à bout de la situation de statu quo imposée par le gouvernement marocain. 
Quels sont les obstacles qui empêchent en effet la population sahraouie de prendre en main sa destinée? 
– La persistance des Nations Unies à vouloir rechercher une solution pacifique impossible à cause de l’entêtement marocain à vouloir faire des négociations un prétexte pour prolonger le statu quo. 
– L’absence d’une volonté du Conseil de Sécurité pour imposer une solution qui respecte le droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et à l’indépendance. 
– L’absence d’une culture démocratique au Maroc qui implique une absence réelle de sincérité dans son engagement à instaurer la paix et son désir de faire de l’instabilité un prétexte pour imposer l’occupation illégale du territoire. 
Le tribut de cette obstruction est payé par la population sahraouie, d’où le prolongement de cette situation ne peut être que défavorable pour la région toute entière. 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*