Le Maroc opte pour la fuite en avant

Il y a deux semaines la résolution de la IV Commission de l’Assemblée Générale des Nations Unies rappelait « la responsabilité de l’Organisation des Nations Unies à l’égard du peuple du Sahara occidental » et réitéré son droit inaliénable à l’autodétermination en tant que territoire non-autonome.
Comme réponses à cette résolution adoptée à l’unanimité, le Maroc fonçait dans sa politique de terreur et de violation des droits de l’homme contre la population sahraouie. La police marocaine a arrêté sept activistes par le simple fait de l’être et de défendre les droits de l’homme. Disparitions, tortures, prisons sur des prisonniers politiques et oppression dans les territoires sahraouis, c’est cela  la politique pratiquée par le Maroc. La politique de la terreur.
Chaque jour qui passe, la situation de la population sahraouie devient pire. Plus de 34 ans dans une situation d’oppression et d’indigence, cela fait beaucoup d’années. Les uns, exilés loin de chez eux; les autres, intégrés par la force au Maroc. Les premiers, en vivant, grâce à l’aide humanitaire, dans des conditions d’exile difficiles, et les autres soumis à la dictature marocaine qui leur empêche le droit à la liberté d’expression, de manière accablante.
Les forces de sécurité marocaines ont empêché à quelques citoyens sahraouis et à des défenseurs des Droits de l’homme, entre lesquels se trouvait le président de CODAPSO, Hmad Hamad, d’assister au jugement de Mohamed Berkane. L’acte a eu lieu dans le Tribunal d’Appels d’El Aaiun.
Au jugement ont assisté deux observateurs espagnols, Ruth Sebastian García et Simplicio del Rosario. Malgré la grève de la faim menée par Berkane, il est entré dans la salle en demandant la liberté et l’indépendance pour le peuple sahraoui et le Front Polisario. Des assistants au jugement ont confirmé à la presse qu’il était en bonne santé.
Le tribunal marocain a condamné Berkane à une année de prison. Mohammed Berkane a été arrêté le 16 septembre dernier après sa participation à une manifestation pacifique dans le Quartier Ma’atala d’El Aaiun, capitale du Sahara Occidental. Selon des sources de la presse, les observateurs espagnols qui se sont présentés au jugement de Berkane ont été fustigés par les forces marocaines de sécurité, avec leur amphitryon, Hmad Hamad, dont la maison a été visitée pour leur dire qu’ils « ne devaient pas assister au jugement du séparatiste ».

Le climat dans le Sahara est maintenant plus tendu que jamais. L’arrêt des sept activistes à Casablanca le 9 octobre a chauffé encore plus l’atmosphère. Maintenant, dans l’attente du jugement d’un Tribunal Militaire, la mobilisation civile pour protester contre cette mesure est des plus grandes des derniers temps. Le délit qu’ils attribuent à ces sept activistes des Droits de l’homme est d’attenter contre l’intégrité du territoire, un délit qui risque la peine de mort.
Le 30 avril 2009, la MINURSO a été empêchée par le Maroc et la France de contrôler la situation des droits de l’homme dans le territoire. La population sahraouie attend, actuellement, que la communauté internationale ne reste pas indifférente aux appels du président sahraoui.
Toute escalade risque d’être dangereuse pour toute la région. La population civile sahraouie ne restera pas les bras croisés face à la répression quotidienne. Tôt ou tard, elle réagira pour répondre le silence des médias et de l’ONU.
La confiance entre les parties devra attendre longtemps encore et le fossé de la méfiance ne fait que gagner du terrain.

La confiance entre les parties devra attendre longtemps encore et le fossé de la méfiance ne fait que gagner du terrain.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*