L'Intifada sahraouie fait peur au Maroc

Les contradictions dans le discours officiel du gouvernement marocain sont flagrantes. Depuis plus de 34 ans et jusqu’il y a peu, on dit que l’ensemble des Marocains et leurs formations politiques, syndicales et associatives étaient persuadés que l’unanimité au sujet du Sahara Occidental était acquise, affirmée et réaffirmée, que le véritable ennemi est l’Algérie. Les moyens de propagande marocains n’ont cessé de répéter que les sahraouis sont « fiers de leur marocanité et leur attachement à la mère patrie ».
Plus de 34 ans après, l’histoire se répète. Dans le discours de lancement de la Marche Verte, Hassan II avait dit : « Si tu rencontres un Espagnol, civil ou militaire, échange avec lui le salut et invite-le sous la tente à partager ton repas. S’il advient, cher peuple, que des agresseurs, autres qu’Espagnols, attentent à ta Marche, sache que ta valeureuse armée est prête à te protéger ».
En effet, les forces armées royales étaient derrière la foule pour mater les sahraouis. On savait déjà ce qu’ils pensaient de l’arrivée des marocains. La solution à ce problème était prévue d’avance : Les Mirages et les Phantom F-5 étaient équipées d’armes de destruction massives : des bombes de napalm et de phosphore.
Aujourd’hui, le roi Mohamed VI répète les mêmes menaces que son père. En mobilisant l’ensemble de ce que compte le Maroc comme partis politiques, syndicats, organisations et autres associations pour « mieux encadrer » les Marocains et leur « insuffler l’esprit de l’amour de la patrie » et l’attachement à l’integrité territoriale, les décideurs politiques marocains ont envoyé à l’étranger un message des plus équivoques et des plus incompréhensibles.
Ne disait-il pas hier que rien au monde ne pouvait ébranler l’attachement des Marocains à l’intégrité territoriale de leur pays? Encore moins mettre en doute leur amour pour la patrie qui engage leur corps et leur âme pour sa défense. N’a-t-on pas répété et répété que le Sahara Occidental était à la tête des fondamentaux et des causes « sacrées? »
Et puis, voilà: un appel royal solennel vient d’être lancé aux décideurs politiques, syndicaux et associatives pour les inciter, sur un ton grave, à la mobilisation. Non pas à se mobiliser pour faire pièce à une poignée d’activistes Sahraouis résidant au Maroc et roulant pour le Polisario, mais à battre le rappel de toutes les énergies afin d’encadrer les Marocains et leur inculquer le nécessaire amour de leur pays.
Ce ne sont tout de même pas les activités de ces quelques éléments Sahraouis sympathisants du Polisario au Maroc qui ont nécessité un tel déploiement d’énergie et de mobilisation.
Ce message est perçu à l’extérieur du Maroc comme un aveu: Celui exprimant la crainte de voir le front intérieur marocain jusqu’ici unanime à défendre l’intégrité du territoire national, ébranlé par un doute subit quant à cette affirmation ressassée depuis près de 35 ans.
Les Marocains remettraient-ils en question cet attachement sans cesse réitéré à leur « cause sacrée » qu’il eut fallu mobiliser les partis et les syndicats pour dresser un cordon sanitaire contre les vélléités indépendantistes?
Brandir des menaces de sanctions sévères allant jusqu’à accoller l’accusation de haute trahison et prévoir des lois incriminant toute vélléité de soutien au Polisario  peut être interprété comme une reconnaissance d’un fait largement propagé au sein du royaume et comme une dynamique gagnant du terrain.
On ne peut que s’interroger au sujet de l’énorme disproportion entre les discours et les menaces de criminalisation des velléités indépendantistes et la réalité sur le terrain.
Cette campagne est tout simplement maladroite car elle donne des arguments au Polisario qui a toujours clamé haut et fort que sa cause bénéficie de larges soutiens au sein de la population marocaine ajoutant que si la répression qui empêche les manifestations de soutien à la RASD devait cesser, de larges pans de la société marocaine auraient démontré au grand jour leur adhésion à la cause sahraouie.
Les officiels marocains le savent. Ils savent que, grâce à la répression, aucun danger de fissurer le front intérieur n’a de raison d’être craint. Comme ils savent que tous les Marocains se rejoignent, nonobstant leurs querelles et divergences, sur la question qu’ils jugent sacrée du Sahara.
Alors pourquoi cette solennité dans la mise en garde des Marocains et la mobilisation des forces politiques, syndicales et associatives du pays face à un danger décrit comme pertinent et allant crescendo? A moins que cette camapgne ne cache d’autres visées moins avouées.
Les officiels marocains se trompent lourdement en croyant que faire les doux yeux à des réseaux sionistes est à même de leur ouvrir des soutiens à la cause du Sahara au sein des cénacles décisionnels occidentaux et américains en particulier.
La visite au Maroc de la criminelle de guerre Tzipi Livni s’inscrit dans cette logique. Cette visite contribuera  à creuser le fossé entre les décideurs et les Marocains ordinaires au détriment d’une indispensable unité.
L’énergie marocaine doit être dirigée vers une démocratisation réelle de la société marocaine, seule condition pour souder le peuple marocain contre toute menace extérieure et le mobiliser.
Or, ce qui se passe aujourd’hui au Maroc avec un retour accéléré à des méthodes de l’ancien régime basriste n’est pas de nature à contribuer à l’unité du pays face aux dangers qui le menacent. La présente camapagne est de nature à semer le doute et le questionnement dans l’esprit des Marocains qui pourraient imaginer le danger contre l’intégrité territoriale plus important que la propagande officielle n’a voulu le présenter des décennies durant.
Il est naturel de se demander pourquoi le régime marocain a mené cette campagne de mobilisation? La réponse pourrait se trouver dans les réalités suivantes :
– Le Maroc a perdu la bataille diplomatique du Sahara Occidental. La communauté internationale refuse de laisser tomber le principe d’autodétermination du peuple sahraoui.
– L’intifada sahraouie porte le flambeau d’une lutte éteinte par le cessez-le-feu et le processus de paix onusien entamé en 1991. Le combat s’est instauré sur le champ des droits de l’homme et les libertés publiques.
–  Les associations sahraouies étaient gangrenées par les conflits internes. La rencontre de leurs responsables à Tindouf était dans le but de dépasser ces contradictions et mettre un programme d’action conjoint. Cette nouvelle a créé la panique à Rabat qui craint une hausse des manifestations contre l’occupation marocaine. De là, la décision de les mettre sous les verrous.
– La décision récente du Front Polisario de multiplier ses représentations dans le monde et augmenter le nombre du personnel diplomatique.


Ce sont les mêmes raisons qui ont poussé Rabat à expulser Aminatou Haidar, lauréate du prix RFK et candidate au Prix Nobel de la paix.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*