Les "non dupes"




Par Ali Fkir, 22/12/2009

Sur le plan politique et sur le plan diplomatique, le Maroc a vécu ces 6 dernières semaines, un véritable séisme. Certains, et en premier lieu l’Etat marocain, ont y laissé des plumes. D’autres en sont sortis la tête haute.
L’Etat marocain, l’ensemble des partis gouvernementaux, des partis d’opposition (tel le PJD), certaine presse…se sont donnés lamentablement en ridicule spectacle. Leurs gesticulations d’amateurisme en politique, leur fanfaronnade démesurée ont fait d’eux de piètres acteurs. Ne tardons pas sur ces dindons, véritables balourds de l’Histoire ‘nationale ». Que leurs amis/protecteurs à travers le monde aient pitié d’eux…
Revenons aux choses sérieuses. 
Ce séisme a révélé au monde l’autre Maroc, le Maroc qui analyse, le Maroc démocratique, le Maroc véritablement indépendant, du moins dans cette « crise-Aminatou ».
 Au niveau de la presse: lejournal HEBDOMADAIRE, TELQUEL, AL JARIDA ALOULA, AKHBAR ALYOUME…et malgré qu’ils ne remettent pas en cause « la marocanité du Sahara », ont donné au monde de l’information et de la communication une leçon exemplaire dans le professionnalisme journalistique. Ceux et celles des 
masse-médias ont intérêt à y puiser de l’inspiration
 Au niveau des partis politiques:
* la PADS et le CNI, et malgré leur position sur le conflit du Sahara ( ils défendent la « marocanité » du Sahara), ont évité avec beaucoup de maturité de jouer aux sapeurs- pompiers, et de jouer le jeu de l’Etat. Ils ont refusé de se faire muer en dindons de la farce.
* ANNAHJ ADDIMOCRATI, et malgré sa position de principe (pour l’autodétermination du peuple sahraoui), ne s’est pas laissé emporter par « la passion politique »: les Sahraouis 
sont capables de s’en sortir seuls.
Le PADS, le CNI, ANNAHJ ADDIMOCRATI, les autres sensibilités marxistes savent situer la contradiction principale. Ils savent qui est responsable de la situation dramatique où vit le peuple marocain: l’absence d’un enseignement réellement national et démocratique, l’absence d’une politique de santé populaire, le chômage, l’insalubrité de logement, la pauvreté, le commerce des stupéfiants, du sexe… la répression politique, le trucage des « élections »…voilà le lot de la majorité du peuple marocain. Qui est responsable de ce désastre? Aminatou? certainement pas.
Les militants de la véritable gauche n’ont jamais fait du conflit du Sahara la ligne de clivage politique. En prison, des centaines de militants ittihadis et marxistes -éninistes, n’avaient jamais eu de problème à cause de ce conflit. Chacun respectait le point de vue de l’autre. De même à l’extérieur de la prison, les militants d’ILAL AMAM et de la gauche ittihadie (les militants qui ont crée le PADS, le CNI…) ont toujours fait front commun contre le régime, et cela malgré leurs divergences sur le conflit du Sahara. L’AMDH et depuis sa création en juin 1979, n’a jamais connu de crise à cause de ce conflit.
Au cours du dernier congrès du FMVJ qui s’est tenu en plein « crise-Aminatou », les congressistes ont discuté de tout sauf de ce conflit.
On ne peut qu’être fier d’appartenir à ce Maroc, le Maroc d’une presse démocratique, le Maroc d’une véritable gauche démocratique, le Maroc d’un peuple qui ne se laisse pas enflammer par des discours de circonstance, par des réactions de cafouillage.
La maison du makhzen prend feu? Tant mieux. Je n’en ferai pas une maladie !

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*