Monarchie marocaine et Sahara : Bis repetita

On s’attendait à une révision de la Constitution et voilà qu’on nous parle encore une fois du machin conseil consultatif de…la régionalisation. Comme si les autres conseils créés jusque là, ont engendré un quelconque bienfait pour les Marocains. 
L’ironie est que le roi Mohamed VI qui exécrait Basri n’a fait que reproduire exactement ses methodes et son savoir-faire au point d’en faire une consécration au bout de dix ans de règne. Que vaudra donc la régionalisation si le ministère de l’intérieur conserve ses pouvoirs et son mode de fonctionnement ? Il y a fort à parier que d’ici moins de deux ans, le Maroc inventera encore une nouvelle terminologie juridique pour justifier un fédéralisme à l’américaine de droit divin ! 
Nul n’ignore que tout ce tapage médiatique autour de cette ‎campagne concernant « le vaste chantier de rénovation et de modernisation de l’État ‎et l’installation d’une Commission Consultative de Régionalisation (CCR), en vue de ‎doter le pays « d’une bonne gouvernance qui est l’autonomie élargie dont le Sahara va ‎être le premier bénéficiaire, n’est qu’illusion.
Le régime actuel, appelé Makhzen par la population marocaine, loin d’être une monarchie démocratique, ne diffère en rien de l’ancien régime, qui a régné avec le glaive, semant la terreur et la désolation dans le pays, ce qui est resté dans la mémoire collective comme « les années de plomb », et qui faisait de la torture, de l’enlèvement et de disparition ou liquidation ‎des militants opposants une politique systématique.
Parler d’un système démocratique présuppose des structures étatiques qui fonctionnent convenablement selon des règles bien définies, un parlement qui contrôle le gouvernement, des institutions démocratiques et surtout une justice équitable. Or point de tout cela, le parlement est une farce, une façade de démocratie, et les décisions sont pris par le palais, qui continue ‎à régner en maître incontesté.
Et quiconque présente des velléités de critique, même ‎journalistique, est jeté en prison. Alors parler de monarchie démocratique au pays des Fassis c’est faire preuve d’ignorance de la situation véritable de ce pays. Tout militant, quelque peu averti, ayant suivi l’évolution de la situation dans ce pays, durant les dernières décennies aura sans doute observé que le régime marocain a décidément hérité un lourd fardeau, qu’il n’a pas su et pas pu résoudre.
Il s’agit de la question du Sahara Occidental, qui lui rend la vie dure et qui reste la pomme de ‎discorde entre entre la monarchie et ses généraux. Car ce sont eux, en réalité qui mènent la ‎danse, et qui dictent la politique à suivre ‎dans le pays. Pour rappel, c’est cette affaire qui était à l’origine, à en croire les ‎observateurs, de la déchéance et la mort de Dlimi, l’homme fort du régime en son ‎temps.
En fait, le régime actuel a reçu ce leg empoisonné de l’ancien régime, le plus ‎abjecte de toute l’histoire du pays, lui-même victime de sa propre politique, que ‎soutenait la bourgeoisie fassie qui prônait que le Maghreb Al Aksa ou Occidental, ‎s’étendait depuis Tanger au fleuve Sénégal.
 Tout cela fait que les ‎généraux des FAR, comme Abdelaziz Bennani, devenu l’homme fort depuis l’exécution du trop notoire Ahmed Dlimi, font tout pour ne pas ‎parvenir à un règlement de cette affaire qui leur procure du bakchich qui va en direction ‎des banques suisses.
Le peuple marocain ignore que c’est bien le régime alaouite, qui ‎de connivence avec les armées françaises, en lutte contre le FLN algérien, d’un côté, et ‎de la Troisième Légion Espagnole de l’autre côté qui ont massacré les combattants de l’armée de libération du sud, issues des tribus du Sahara, dans ‎cette opération connue dans les livres d’histoires sous le nom de code de « l’Opération Ecouvillon ».
La palais royal, s’étant engagé dans l’invasion de ce territoire sous domination espagnole, pour des raisons politiques et surtout économiques, il crut l’affaire réglée ‎sans coup férir. Mais c’était sans compter sur les Sahraouis et le voisin de l’Est.
Ce fut l’une de ces erreurs, qui vont couter ‎cher au régime marocain, car non seulement la Révolution Algérienne accueilla les ‎combattants sahraouis sur le sol algérien, mais lui prêtèrent main-forte sur la scène internationale, ‎tant sur le plan diplomatique que militaire.
Et le régime marocain se trouva piégé par ‎ses anciens alliés d’hier, qui se défendaient de ne rien faire de mal que ‎d’agir dans le cadre sacro-saint des résolutions de l’ONU etc. Toujours est-il que le conflit persiste et continue depuis lors.
Le Makhzen, malmené par ses propres militaires qui ont failli le mettre hors de nuire à deux reprises, tira vite ses conclusions, les deux putschs aidant, et après quoi, il ‎s’attela à résoudre le problème. Fort du soutien de ses alliés français et américains, il ‎entama des négociations secrètes avec le Front Polisario, qui n’aboutirent à rien.
En cause, les sahraouis s’étaient montrés ‎exigeants et ne se contentaient pas moins d’une indépendance totale et sans ‎conditions, alors que leur hôte, le Sultan, qui les accueillait secrètement dans son palais, ne leur offrait qu’une autonomie régionale bien limitée. Il n’était pas question de leur céder les richesses du pays, les gisements de phosphate, la pêche, la défense, la ‎monnaie, etc.
Apparemment, l’échec de ces pourparlers censés être secrets, une fois ‎révélées, eurent comme conséquence directe l’élimination de certains militaires, A. Dlimi entre autres, qui refusaient toute négociation avec l’ennemi… Le régime actuel qui se vante d’être une « monarchie populaire » ne fait que continuer ‎la politique prônée par son prédécesseur, au risque de se trouver en conflit avec ses ‎généraux et ses partis.
C’est dans cet esprit que se présentent les nouvelles propositions d’autonomie régionale pour le Sahara Occidental, sous la souveraineté marocaine. Quel que soit le soutien dont il jouit de la part des puissances occidentales, le régime alaouite ‎ne pourra pas en tirer avantage, car quel que fût l’issu du conflit, il restera toujours en face d’une population sahraouie majoritairement hostile à l’annexion du territoire ‎sahraoui.
Et que fera-t-on avec les anciens combattants, ils ne disparaitront pas de sitôt ‎de la scène ! C’est un boulet qui restera attaché au pied du régime alaouite, quoi qu’il fasse, même si le temps joue en sa faveur et non à celui des sahraouis ‎qui ont connu la plus grande faute en arrêtant les hostilités et les combats, ‎alors qu’ils jouissaient du soutien populaire et gouvernemental de plusieurs pays ‎importants et non des moindres.
D’aucuns ont justifié cet arrêt par la construction du ‎mur de sable par les militaires marocains, pour se prémunir des attaques sahraouies. Ce fut une illusion. Si la guerre est la ‎continuation de la politique par des moyens militaires, il semblerait que les ‎responsables sahraouis n’ont pas d’autres choix que de reprendre les armes. 

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*