L’Union Africaine, allié stratégique de l’Union Européenne

Zapatero invité au sommet africain d’Addis Abeba


Le président Rodríguez Zapatero, qui détient la présidence tournante européenne ce semestre de 2010, assistera au sommet africain d’Adis Abeba le 31 janvier prochain. L’Union Africaine (UA) célèbre sa quatrième réunion de Chefs d’État à la capitale l’Ethiopienne laquelle  seront abordés les conflits dans le continent, la mondialisation et les nouvelles technologies et les relations de l’organisme panafricain avec l’Union Européenne et le G-8.
Pedro Canales, 27/01/2010

L’UA réunit tous les pays du continent excepté le Maroc qui s’est retiré de l’organisation pour protester contre la présence de la République Arabe Sahraouie Democratique. Mohamed Abdelaziz, Secrétaire général du Front Polisario, détient l’une des viceprésidences de l’Union panafricaene, et par conséquent, il sera l’un des interlocuteurs du Président Zapatero.
Alger et Rabat observent avec attention la réunion de l’Éthiopie et la participation dans la même de Zapatero, ainsi que du Sous-secrétaire d’État nord-américain Johnnie Carson. Entre les « conflits internes » que l’UA abordera se trouve celui du Sahara Occidental, en plus du Soudan et la Guinée.
L’Union panafricaine discutera des nouvelles technologies, en particulier de l’introduction dans le continent des technologies spatiales. Au mois de novembre, une réunion préalable a eu lieu en Afrique du Sud et en décembre à Alger, pour coordonner les plans de développement spatial dans le continent. L’Afrique du Sud, le Nigeria et l’Algérie ont décidé de créer une coordination de satellites spatiaux destinée à la lutte contre la désertification, la gestion de l’eau et de l’étude géologique.
Alger veut installer de plus un câble de fibre optique entre les capitales algérienne et nigériane qui passera parallèlement avec le gazoduc transaharien NIGAL. Avec un total de plus de 4 mille kilomètres, ce gazoduc a un budget de plus de 120 milliards de dollars et transportera vers l’Europe via l’Algérie entre 20 mille et 30 milliards de mètres cube de gaz naturel.
Mais le sujet le plus délicat sera sans aucune doute celui de la gestion des conflits internes en Afrique. Bien que l’objectif des pays membres de l’UA soit de s’occuper de ceux-ci « avec ses propres moyens », le ministre algérien des relations avec le Maghreb et l’Afrique, Abdelkader Messahel, reconnaît que l’Afrique « ne dispose pas des moyens suffisants » pour résoudre des conflits comme celui du Soudan, où des élections sont prévues en 2010 et un référendum au Darfur en 2011, ou celui de la Guinée où le processus de solution du conflit « est en cours ».
Le conflit du Sahara Occidental est aussi considéré comme « interne » par l’Union Africaine, avec la différence que dans ce cas seul un des protagonistes, le Front Polisario, est membre de l’organisation panafricaine, alors que le Maroc ne l’est pas. L’Union Africaine attend un engagement plus important de l’Union Européenne pour résoudre ce conflit vieux de 35 ans.
La déclaration de l’ambassadeur espagnol à Alger, Gabriel Busquets en affirmant que « l’Espagne soutient les efforts de Nations Unies pour trouver une solution juste, définitive et mutuellement acceptable qui garantit le droit d’autodétermination du peuple sahraoui », a freiné la susceptibilité créée dans l’Union Africaine, le Polisario et l’Algérie en particulier, par l’ambiguïté de la position espagnole, mantenue malgré la déclaration du ministre Miguel Ángel Moratinos affirmant que l’Espagne « n’a pas reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara occidental » faite pendant la crise provoquée par l’expulsion de l’activiste sahaouie Aminetou Haidar d’El Aaiun  et son postérieure admission au territoire.
Deux sujets clefs que le sommet abordera, en présence du Président espagnol, seront l’immigration illégale et la lutte contre le terrorisme. Pour les deux, un interlocuteur privilégié est l’Algérie, puisque la Plate-forme et le Plan d’Action pour faire face au problème migratoire a été créée dans sa captale . En outre, c’est à Alger où siège le Centre Africain de Recherches et d’Études sur le Terrorisme (CAERT, son sigle en français). Le sommet d’Adis Abeba évaluera aussi le chemin parcouru dans le partenariat entre l’UA et le G-8.
La participation du Président Zapatero au sommet africain permettra peut-être renforcer le protagonisme de l’Espagne dans le continent, chaque jour plus soumis aux luttes d’influence entre les grandes puissances traditionnels, les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France, et les plus récente, la Chine, la Russie, l’Iran et quelques monarchies du Golfe.

Source : EL IMPARCIAL, 28 janvier 2010

Traduction : Diaspora Saharaui

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*