M. Abdelaziz : l'impasse actuelle est le résultat de l'obstination de la position marocaine

Chahid El Hafed, 21/03/2010.- Le président sahraoui et secrétaire général du front Polisario, M. Mohamed Abdelaziz a affirmé dimanche à Chahid El Hafed que « l’impasse dans laquelle se trouve la question du Sahara Occidental est le résultat de l’obstination de la position marocaine », appelant l’ONU à contribuer à la consolidation du processus des négociations.

A l’issue de ses entretiens avec l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU au Sahara Occidental, le président sahraoui a regretté cette situation et déclaré que « l’impasse actuelle est due à l’obstination du gouvernement marocain dans sa position », a fait savoir M. Mohamed Khadad, coordinateur du Front Polisario auprès de la Minurso.

Le président Sahraoui a appelé la France, dont une délégation s’apprête à effectuer une visite dans la région, « à être partie prenante à la solution plutôt que de faire partie du problème, d’autant que ce pays est membre du conseil de sécurité et le berceau de la proclamation universelle des droits de l’homme ».

Lors de ces entretiens, M. Abdelaziz a réaffirmé la position du Polisario en faveur des démarches onusiennes pour la finalisation du processus de décolonisation du Sahara Occidental », réitérant « son soutien absolu » aux démarches de M. Ross et aux négociations qu’il supervise pour trouver « une solution à même de garantir l’autodétermination au peuple sahraoui conformément aux résolutions onusiennes ».

Le président sahraoui a indiqué que « la question du Sahara Occidental est une question de décolonisation ». « le Maroc est une force d’occupation pour le Sahara Occidental et cet occupant n’a aucune souveraineté sur le territoire », a-t-il estimé.

Le peuple sahraoui « est le seul décideur et il représente la première et dernière référence autour de cette question », a-t-il ajouté.

Pour M. Abdelaziz, « le referendum est un passage obligé, un impératif dicté par l’expérience onusienne » et par « la logique de notre temps qui fait du referendum une tradition démocratique pour régler de tels conflits ».

« Le referendum n’est pas révolu comme pense le Maroc », a souligné le président sahraoui, ajoutant que « l’annexion des territoires des autres, la spoliation des richesses naturelles et la violation des droits de l’homme sont des pratiques illégales et immorales ».

Il a en outre évoqué lors de ses entretiens avec M. Ross la question des droits de l’homme, appelant à la nécessaire « libération des détenus politiques sahraouis et au respect des libertés fondamentales au Sahara Occidental ».

Il s’est interrogé sur la position du conseil de sécurité onusien et son mutisme face aux violations commises par l’occupant marocain, appelant le conseil de sécurité à « agir pour prendre des décisions fermes dans le cadre de cette question ». (SPS)

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*