Guerre de positionnement au sein de l' »associatif marocain » de Belgique

Tout d’abord, il faut le dire et le répéter: quasi aucune association agissant dans le socio-culturel en milieu marocain n’a été à l’origine du succès scolaire, sportif ou professionnel d’un jeune issu de l’immigration marocaine.

Si quelqu’un en connait une d’association qui a contribué à un tel succès, qu’il se lève…!

Quasi tous les « chefs » de ces associations sont préoccupés par leur propre nombril et passent le plus clair de leur temps à construire des scénarios et des stratégies à même de les propulser vers la réalisation de leurs propres intérêts étroits.

Que ce soit vis à vis du Maroc en direction duquel les « vieilles  » reliques Amicales lorgnent sans cesse en vue de décrocher l’une ou l’autre place dans quelque structure officielle ou vis à vis des partis politiques belges auprès de qui les débris des Amicales et autres étudiants venus du Maroc et contracté mariage ici pour régulariser leur situation de séjour, ces « Militants » associatifs marocains pensent surtout à leur propre agenda personnel. Les temps sont durs !!!

La constitution d’associations agissant en milieu marocain de Bruxelles est, la plupart du temps, destinée à un profilage prédateur personnel sur la scène publique en vue  » se faire remarquer  » soit par les autorités marocaines ou par les pouvoirs publics de notre pays.

A ce niveau il n y a pas d’investissement militant gratuit ou désintéressé.

Tenez par exemple, deux types dont un caméraman et un vieux syndicaliste, encadrés par une nana vaguement libérale mais khoubziste invétérée, tentent par tous les moyens de se faire bien voir par les officiels de Rabat afin de décrocher une place au sein du CCME ( Conseil de la communauté marocaine à l’étranger ) présidé par Driss El Yazami.

Ce conseil a été imaginé par les proches du roi du Maroc désireux de recueillir des avis et des recommandations susceptibles de l’éclairer en vue d’élaborer des politiques à l’attention des Marocains éparpillés à travers la planète.

Du coup, nos gugusses créeent à eux 3!!!, l’Alliance Mondiale des Marocains de l’étranger AMOME ( Rien que cela, comme si le ridicule ne tue pas ). Imaginez une Alliance mondiale des Marocains de l’étranger constituée par 3 personnes.

Laquelle alliance, sans local ni téléphone, squatte pour ses réunions à 3, les arrières salles des cafés.

Ignares comme ils sont, les promoteurs de cette Alliance ne savent pas que le genre de profils qu’ils affichent est devenu obsolète et Persona non grata depuis que l’actuel pouvoir au Maroc a décidé de se réconcilier les bonnes grâces des victimes des années de Plomb et de les mettre en valeur.

Toute l’opposition verbalement très violente à l’égard de Driss El Yazami émanant de ce groupuscule ne vise qu’une chose: recevoir un petit clin d’oeil de ce dernier pour un petit poste au sein du CCME.

Ceci est d’autant vrai que d’autres vieux amicalistes ayant fait partie de l’AMOME, ont viré leur cutti dès lors que certaines vagues promesses de leur intégration au sein de cet organisme leur furent faites.

Je vous le dis et vous l’écris: l’essentiel des intervenants associatifs marocains de Belgique roule pour lui même et rares sont les intervenants en ce milieu qui se décarcassent pour le bien être des membres de leur communauté d’origine.

Les associations sportives existant depuis belle lurette n’ont jamais été à l’origine de la promotion ou du placement de jeunes athlètes issus de l’immigration marocaine, au sein de structures performantes du monde sportif de notre pays.

Ceci alors que ces dirigeants sportifs à l’insatr de Mostafa Ouzeghti ou Chico Kebsi se sont bien arrangés pour s’aménager des planques de par leur proximité avec le monde politique bruxellois.

Les Radios libristes de la Fréquence dite arabe se sont eux aussi pour la plupart d’entre eux, « bien » débrouillé, pour se rterouver dans des structures de partis politiques comme conseillers communaux, échevins députés ou comme gratteurs de khoubz.

Les mosquées ne font pas différent…Et la plupart des petits dictateurs sévissant à la tête de ces lieux de culte ne le font pas pour promouvoir la réussite des enfants ou des jeunes de leur communauté.

Encore moins pour rapprocher ce public des rouages de fonctionnement de la société démocratique au sein de laquelle ils vivent en toute liberté.

Ils ont bien compris tout l’intérêt nourri par le monde politique à les amadouer pour ramasser les voix des fidèles fréquentant ces lieux de culte.

Pour les mosquées, c’est surtout une affaire d’argent et de pouvoir: Allez voir lors de certaines soirées de collectes d’argent, à Al Mouhssinine ou à Al Khalil, les montants que drainent les promesses d’une place au paradis faites aux généreux donateurs, par les imams et les comités dirigeant ces lieux de culte.

Des femmes se dépouillant de leur « Chertla » ( jeu de bracelets en or) pour les offrir à la mosquée.

Et des hommes sacrifiant, pour certains, les deniers provenant des allocations familiales perçues en faveur de leurs enfants pour « venir en aide à la mosquée ».

Et nul ne sait où atterit in fine, cet argent lorgné souvent par des barbus de passage à Bruxelles, venant d’on ne sait où et séjournant dans ces mosquées, le temps de remplir leur besace.

L’associatif marocain est devenu aujourd’hui un monde improductif, opportuniste, glauque et infesté de requins tueurs. Et nul ne dispose de la réelle volonté de donner un sérieux coup de pied dans cette fourmillière….qui rapporte des voix…beaucoup de voix…sans lesquelles, un certain parti de « gauche » à Bruxelles, n’aurait jamais pu rempiler à la tête de la Région de Bruxelles Capitale.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*