Les sept militants sahraouis incarcérés: le CNASPS interpelle les instances internationales des droits de l’homme

Alger, 31/03/2010 (SPS) Le Comité national algérien de solidarité avec le peuple sahraoui (CNASPS) a lancé mardi un appel international face à la situation « injuste » dans laquelle se trouvent les sept militants sahraouis des droits de l’homme incarcérés dans les geôles marocaines.


Le CNASPS a interpellé l’Onu, les militants des droits de l’homme, les sociétés civiles du monde et les ONG internationales, sur l’atteinte physique et les injustices qui sont faites à ces militants sahraouis, arrêtés le 8 octobre 2009 à l’aéroport de Casablanca, à leur retour d’une visite rendue à leurs familles dans les camps de réfugiés, indique le comité dans un communiqué.


Rappelant que ces militants sahraouis ont entamé une grève de la faim depuis 13 jours, pour protester contre leur « arrestation arbitraire, contre les tortures dont ils sont victimes de la part du régime marocain et pour exiger un statut de détenus politiques », le CNASPS a dénoncé « vigoureusement l’atteinte physique perpétrée contre l’intégrité de (ces) personnes détenues et notamment les tortures auxquelles elles sont soumises ».

Il a déploré aussi « la situation de non-droit » faite à ces militants sahraouis dans la procédure judiciaire appliquée, dont « l’exagération programmée des accusations retenus contre eux, ainsi que le choix de la juridiction militaire choisie pour les juger », en leur réaffirmant sa « totale solidarité dans leur juste combat pacifique pour la dignité et la liberté ».

Le CNASPS s’est déclaré pleinement mobilisé pour leur apporter soutien et assistance dans leur « tragique » situation, portant les autorités marocaines « totalement » responsables de tout ce qui peut en résulter.

Il a exigé du Maroc de juger « rapidement » ces militants sahraouis des droits de l’homme ou de les libérer « immédiatement » afin que leur vie soit sauvée et qu’ils puissent recouvrir leur santé et retrouver leurs familles.

Le comité a rappelé en outre sa demande insistante faite aux Nations unies d’élargir le mandat de la Minurso à la protection des droits de l’homme dans les territoires occupés du Sahara occidental. (SPS)


Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*