L'Algérie ne cesse de réitérer son soutien au peuple sahraoui

Suite aux constantes provocations de Rabat et l’arrogance qui caractérise son attitude et sa défiance de la légalité internationale et face au silence des instances internationales sur les violations des droits de l’homme par le Maroc, le gouvernement algérien a, dernièrement, multiplié les gestes guise de solidarité avec le peuple sahraoui. De la visite du président de l’Assemblée Nationale Populaire aux différentes manifestations de sympathie et de soutien, l’Algérie a exprimé au monde qu’elle n’est pas près de laisser tomber ce peuple courageux qui doit faire face au club de charognards composé par le Maroc, la France et l’Espagne qui se sont tracé comme but de dévorer ce peuple d’une seule bouchée.


A côté de la résistance populaire dans les territoires occupés du Sahara Occidental, la détermination des nouvelles générations à poursuivre la lutte armée et la capacité de résistance des sahraouis réfugiés en Algérie, le soutien algérien constitue un atout vital dans le périple combattant du peuple sahraoui en vue de bâtir son Etat indépendant. En effet, c’est grâce au soutien de l’Algérie que les Bush, les Sarkozy et les Zapatero n’ont pas pu imposer leur solution contre la volonté des sahraouis.

Si les moyens de propagande marocaine ne cessent de répéter que l’Algérie « aspire à devenir une puissance dans la région », c’est pour empêcher les marocains de voir la réalité en face : Que l’Algérie est la véritable puissance régionale et que le Maroc est en train de se cogner contre un rocher et il finira par se casser. Le soutien des uns et des autres dont jouissait le Maroc n’a rien fait dans ces 35 ans de conflit. Pire encore, l’échec marocain saute aux yeux. L’ONU refuse toute solution qui ne soit pas basée sur le droit à l’autodétermination du peuple sahraoui et aucune solution ne sera imposée contre la volonté de ce dernier. La RASD est membre à part entière de l’UA et l’Etat sahraoui est appuyé par les trois principales puissances de l’Afrique : Algérie, Afrique du Sud, Nigeria. Et ce n’est pas rien.

Toutes les sources, diplomatiques et autres, sont unanimes : « l’Algérie est la première puissance économique, militaire et politique de la région, sa longue expérience dans la lutte antiterroriste lui permet d’assurer la coordination de la lutte contre Al Qaïda dans la région. Par extension et grâce à ses richesses sur le plan énergétique ainsi qu’à sa position particulièrement privilégiée dans le flanc sud de la Méditerranée, l’Algérie jouit d’une grande influence au niveau des ensembles régionaux auxquels elle appartient (Union africaine, Ligue arabe, dialogue euro-méditerranéen, etc.). Aussi, l’Algérie a su montrer son importante puissance d’influence. Elle a contribué avec succès au règlement d’un certain nombre de crises comme la libération des otages américains en 1981, la signature de l’accord de paix entre l’Érythrée et l’Éthiopie en 2000, et tout récemment, sa médiation réussie dans le conflit interne malien et l’organisation de la dernière réunion des pays du Sahel dans le but de coordonner la lutte contre le terrorisme. »

De ce fait, dans la configuration actuelle, la cause sahraouie se trouve renforcée plus que jamais.

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*