Maroc-Italie : La famille d’Imane Fadil rejette la thèse de mort naturelle

1

Il y a encore ceux qui ne croient pas qu’Imane Fadil est morte de maladie

Sept mois plus tard, pour les membres de la famille du témoin du procès Ruby, toutes les routes ne sont pas battues pour faire la lumière sur les causes du décès.

Ils n’ont pas encore mis une fleur sur la tombe, huit mois après la fin, car ils estiment que le procureur de Milan a tort lorsqu’il parle de « mort naturelle sans aucune responsabilité ». Pour ceux qui l’aimaient, Imane Fadil, témoin des procès Ruby, décédée en mars dernier pour une maladie rare (aplasie de la moelle épinière) après un mois d’agonie, n’a pas été tuée à 34 ans par un destin noir.

La mère et les frères, par l’intermédiaire de l’avocat Mirko Mazzali, ont maintenant remis sur la table tous les scénarios exclus par les magistrats, de l’empoisonnement à la faute médicale, en présentant un cas d’opposition au dépôt de l’enquête pour homicide volontaire. Ils demandent de nouveaux avis d’experts sur les restes, déjà torturés par des dizaines d’experts, de la jeune femme d’origine marocaine.

Ils veulent comprendre pourquoi « il n’y a pas d’évaluation globale de la présence simultanée de tant de substances anormales, en quantités insignifiantes, dans le corps de Fadil », y compris la pyridine, une substance très toxique. Ils sont également disposés à se tourner vers des personnalités étrangères: « Il conviendrait d’élargir l’éventail des causes possibles d’empoisonnement, notamment en faisant appel à des centres étrangers, notamment spécialisés. ».

Ils font revivre le thème de la radioactivité qui avait ouvert la voie à des scénarios apocalyptiques. « Cela a été perdu en route – lit-on dans le document d’opposition au dépôt il y a quelques semaines – toute référence à la présence de rayons aplha et gamma sur les échantillons prélevés le 12 février 2019 par le département de physique de l’Université de Milan ».

Les magistrats ont expliqué, par l’intermédiaire des experts en charge, que cette enquête avait été entachée d’une erreur, ce qui avait également rendu nécessaire l’utilisation de précautions spéciales le jour de l’autopsie. Il y a ensuite l’aspect redouté de l’éventuelle faute médicale « dans le retard du diagnostic par rapport à la possibilité d’un traitement efficace de la maladie », sachant que « une disponibilité précoce des données histologiques de la moelle osseuse aurait permis, si elles étaient correctement interprétées, « début du traitement immunosuppresseur approprié dans une phase encore loin d’un état clinique final ».

Dans le gigantesque dossier final, l’équipe de professionnels indiquée par le bureau du procureur écrivait que « les choix thérapeutiques des derniers jours, à la suite du diagnostic formel d’aplasie médullaire, n’étaient pas cohérents avec le diagnostic », mais indiquaient qu ‘ »il n’y a pas de profils indicatifs de faute médicale « , car dans tous les cas, il serait trop tard pour une thérapie de la moelle osseuse ou une greffe. Il appartient maintenant à un juge de décider s’il ya de nouvelles enquêtes à mener pour déterminer si Imane Fadil pourrait être sauvée d’une mort indescriptible.

Source : AGI – Agenzia Giornalistica Italia
Tags : Maroc, Italie, Imane Fadil, Berlusconi, Ruby,

Comments are closed.