Maroc/Sahara Occidental : Renouvellement du mandat de la MINURSO

2

Demain (30 octobre), le Conseil de sécurité devrait adopter une résolution renouvelant le mandat de la Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara Occidental (MINURSO). Le mandat actuel expire le 31 octobre. Il semble qu’il pourrait y avoir une ou plusieurs abstentions.

Horst Köhler a démissionné de son poste d’Envoyé personnel du Secrétaire général pour le Sahara occidental le 22 mai. Le Secrétaire général n’a pas encore annoncé de remplacement, decevant ceux qui voulaient voir se poursuivre le dialogue politique sur le Sahara Occidental, car Köhler avait convoqué deux tables rondes depuis décembre 2018 avec le Maroc, le Front polisario, l’Algérie et la Mauritanie. Le Front Polisario a envoyé plusieurs lettres au Président du Conseil de sécurité pour demander la nomination d’un remplaçant le plus tôt possible.

Avant les négociations sur un projet de renouvellement du mandat de la MINURSO, les membres du Conseil se sont réunis le 16 octobre en consultation avec le représentant spécial et chef de la MINURSO, Colin Stewart. Le dernier rapport du Secrétaire général sur le Sahara Occidental, publié le 2 octobre, a qualifié la situation actuelle de « relativement calme malgré une certaine incertitude ». Stewart souligne ses préoccupations au sujet de la situation humanitaire, qui, selon le rapport, demeure difficile en raison d’un manque de financement. Stewart décrit la frustration croissante chez les jeunes en raison du manque de possibilités ou de tout règlement final du problème. En outre, il a noté que la malnutrition et l’anémie augmentent chez les femmes dans les camps de réfugiés. Selon le rapport du Secrétaire général, il y a eu 54 manifestations à proximité de la ville frontalière de Guerguerat depuis avril 2019, axées en partie sur les griefs socio-économiques. Le rapport mentionne également les protestations contre le Front Polisario par certains Sahraouis à Tindouf, qui réclamaient une liberté de mouvement accrue.

Les États-Unis, en tant que porte-plume sur le Sahara Occidental, ont transmis le projet de résolution pour le renouvellement du mandat au Groupe des amis le 23 octobre. Le groupe des amis comprend la France, la Russie, l’Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Les États-Unis ont choisi de ne pas apporter de changements importants au texte, à part un retour au mandat de 12 mois par rapport au mandat actuel de six mois. La France et d’autres préconisent également le retour à un mandat d’un an depuis plusieurs mois. Un mandat de 12 mois était la norme jusqu’en 2018, lorsque les États-Unis ont fait pression pour obtenir un mandat de six mois afin d’accroître la pression sur les parties pour qu’elles travaillent à une solution pacifique. Il semble que les États-Unis reflètent le fait que, sans changement dans le processus politique au cours de ce dernier mandat de six mois et sans envoyé personnel, il pourrait être temps de revenir au mandat d’un an.

Bien que certains membres aient souhaité que le Secrétaire général nomme rapidement un nouvel Envoyé personnel, certains membres ont estimé que la résolution n’était pas le bon endroit pour cela, et elle semble simplement faire référence à une nouvelle nomination. Un membre du Conseil a cherché à renforcer le langage dans la partie préambulaire sur les progrès réalisés pendant le mandat de Köhler. Certains membres restent préoccupés par ce qu’ils considèrent comme des restrictions arbitraires sur les droits des Sahraouis à la liberté d’expression, de réunion pacifique et d’association. La surveillance des droits de la personne n’a toutefois pas été intégrée au mandat de la MINURSO, même si l’ajout de cette tâche a fait l’objet de nombreuses discussions. Certains membres peuvent exprimer leur point de vue sur la nomination d’un nouvel envoyé personnel et sur l’absence de surveillance des droits de la personne à la MINURSO pendant les explications du vote.

Les négociations de la MINURSO ont été difficiles ces dernières années, et le dernier renouvellement unanime du mandat a eu lieu le 28 avril 2017. Depuis lors, les membres élus Bolivie (2017-2018), Éthiopie (2017-2018) et Afrique du Sud (2019-2020) et les membres permanents Chine et Russie se sont abstenus sur une ou plusieurs résolutions de la MINURSO. Lors des explications de vote sur la résolution 2468 — le plus récent renouvellement du mandat de la MINURSO —, la Russie a déclaré qu’elle estimait que la résolution visait à orienter injustement les négociations et à modifier les paramètres convenus précédemment. Entre-temps, l’Afrique du Sud a estimé que le texte n’était pas équilibré, qu’il ne reflétait pas fidèlement les mesures prises par les parties et qu’il ne reconnaissait pas la nécessité d’un suivi des droits de l’homme.

Les développements au cours des prochains mois, tels que le prochain Congrès du Front Polisario, les élections en Algérie et la nomination prévue d’un nouvel envoyé personnel pourraient avoir un impact sur le processus politique.

Source : What’s in blue, 29 oct 2019

Tags : Maroc, Sahara occidental, front Polisario, ONU; MINURSO, Conseil de Sécurité,

Comments are closed.