Algérie : Le devoir de vigilance

3

La grande Révolution de Novembre sonne le rappel des valeurs fondatrices de l’Algérie historique. Elle reste, dans la mémoire collective, le porte-étendard du combat épique pour la liberté, la justice et la dignité, et, on ne cessera jamais de le répéter, une date fondatrice pour les nouvelles générations qui ont la responsabilité de perpétuer l’esprit de sacrifice de leurs aînés victorieux de l’empire colonial.

Dans moins de 24 heures, la fête du début de la lutte contre le joug colonial est un moment de communion d’une nation jalouse des acquis arrachés de haute lutte, soucieuse de préserver sa souveraineté et son intégrité territoriale, attachée à défendre les composantes de l’identité nationale et tenue, en ces temps de défis, de conforter son rayonnement civilisationnel dans un monde à mutations accélérées.

Aux nihilistes de tous bords et aux révisionnistes nostalgiques d’un passé à jamais révolu, l’héritage de Novembre commande la consolidation d’un front uni pour réussir le processus de démantèlement du régime corrompu et le passage à une nouvelle ère représentative des aspirations au changement profond.

Le saut qualitatif impose nécessairement de dépasser les faux clivages et les divergences conjoncturelles pour construire ensemble, à la faveur de la solidarité jamais démentie, une Algérie nouvelle unie et forte de la stabilité politique et institutionnelle.

Dans un message lu en son nom par le ministre des Affaires religieuses, Youcef Belmehdi, à l’occasion de la 21e semaine du Saint Coran, le chef de l’Etat a plaidé pour le devoir de vigilance «extrême» qui nécessite «les efforts avisés et dévoués à l’intérêt général pour un lendemain où l’Algérie amorcera, à la faveur du scrutin présidentiel, une nouvelle ère pour la réalisation des aspirations de notre peuple et de notre ambitieuse jeunesse».

Cette épreuve décisive trace les contours de la nouvelle Algérie démocratique en phase avec les attentes des citoyens. «Le peuple algérien, aux côtés de son armée, tend à œuvrer à concrétiser réellement l’instauration des fondements d’un Etat nationaliste nouveau, dont se chargera le Président élu qui aura gagné la confiance du peuple et joui de la légitimité populaire lui permettant de concrétiser les aspirations populaires, qui sont en harmonie avec les espoirs des jeunes, et avec la mise en œuvre de la démarche visant à se mettre au diapason des pays développés, tel que souhaité par les vaillants chouhada et tel qu’espéré, voire rêvé, par les générations montantes de l’Algérie indépendante», a déclaré le général de corps d’armée Ahmed Gaïd-Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’ANP. Toutes les conditions sont réunies pour «aller d’un pas ferme et résolu» vers la présidentielle qui sonnera, grâce à la «profonde conscience populaire», le glas de la bande et de ses relais politiques et médiatiques.

Horizons, 30 oct 2019

Tags : Algérie, armée, Gaïd Salah, élections, transition,

Comments are closed.