Quand l’OCP reconnaît que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc

6

Dans ce communiqué publié par un site néo-zélandais, l’entreprise de phosphates appartenant au roi du Maroc et qui exploite les phosphates sahraouis, reconnaît dans un communiqué de presse du 5 novembre 2019 que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc.

Source : Businesse.scoop, 5 nov 2019

Un nutriment essentiel – un partenariat essentiel

5 novembre 2019

Communiqué de presse – Groupe OCP

Le secteur agricole est essentiel à la réussite économique des Néo-zélandais. Mais même les fermes prospères ont besoin du bon engrais, au bon moment et avec les bonnes propriétés.

Le secteur agricole est essentiel au succès économique de la Nouvelle-Zélande. Mais même les fermes prospères ont besoin du bon engrais, au bon moment et avec les bonnes propriétés.

Des commentaires récents sur les expéditions de phosphate de roche en Nouvelle-Zélande ont parfois été sélectifs et trompeurs. Il est important de bien comprendre les faits pour permettre une discussion sensée.

Le Groupe OCP du Maroc est le plus grand fournisseur mondial d’engrais phosphatés, d’acide phosphorique et de phosphate. Nous fournissons des produits crus et fabriqués sur commande à plus de 160 pays sur les cinq continents. Nous sommes également un promoteur actif des services agricoles, notamment en ce qui concerne l’utilisation durable et responsable du phosphate.

En Nouvelle-Zélande, l’OCP est partenaire de deux coopératives d’engrais, Ballance Agri Nutrients et Ravensdown, depuis près de 40 ans.

L’OCP gère plus de 50 milliards de tonnes, soit un peu plus de 70 pour cent des réserves connues de phosphate de roche dans le monde, soit suffisamment pour durer au moins 500 ans au taux de production actuel de l’OCP.

Environ deux pour cent (2 %) des réserves gérées par l’OCP sont situées dans les provinces du Sud du Maroc (connu internationalement sous le nom de Sahara Occidental) – d’où provient la majeure partie du phosphate de la Nouvelle-Zélande.

Ce phosphate est choisi en raison de son aptitude aux conditions spécifiques du sol et des contraintes environnementales de la Nouvelle-Zélande.

Tout aussi important, la roche phosphatée du Sahara Occidental a des propriétés physiques qui rendent les granules d’engrais plus stables afin qu’ils ne se décomposent pas ou ne se poudrent pas. Cela facilite le transport et l’application, réduisant ainsi les déchets.

Les activités de l’OCP dans la région sont gérées par une société appelée Phosboucraa, qui produit et exporte actuellement plus de 2 millions de tonnes de phosphate rocheux par année dans de nombreux pays du monde. Ainsi, la Nouvelle-Zélande fait partie d’un large éventail de partenaires internationaux qui importent du phosphate du « Sahara Occidental. »

L’OCP ne tire aucun dividende de Phosboucraa, et tous les profits sont réinvestis dans la région pour maintenir et étendre les opérations et soutenir la communauté locale. Toutes les activités de l’OCP, y compris Phosboucraa, respectent et dépassent les normes nationales et internationales en matière de santé et de sécurité, de qualité de l’environnement et de durabilité.

« Sahara Occidental » est classé par les Nations Unies comme un territoire non autonome – l’un des 17 territoires du monde, y compris Tokelau qui est administré par la Nouvelle-Zélande.

Le statut politique de la région fait actuellement l’objet d’un processus de négociation mené par le Secrétaire général des Nations Unies.

Les Nations Unies ont élaboré une doctrine qui permet et encourage le commerce et l’investissement dans des territoires non autonomes pour promouvoir le développement économique et offrir des possibilités à la population locale.

En effet, plus tôt cette année, l’Union européenne, avec l’appui massif du Parlement européen, de la Commission européenne et des 28 États membres de l’UE, a approuvé la révision de deuxAccords commerciaux du Maroc relatifs aux produits agricoles et de la pêche pour étendre explicitement les préférences commerciales aux marchandises en provenance du « Sahara Occidental »

La Nouvelle-Zélande, par l’intermédiaire d’entreprises comme Ravensdown et Ballance Agri-Nutrients, devrait être fière d’être associée au développement économique de la région stimulée par des accords commerciaux comme celui mentionné ci-dessus, qui ont un impact positif direct sur la population locale.

L’OCP et Phosboucraa ont travaillé avec rigueur pour s’assurer que toutes les opérations et activités respectent et dépassent toutes les normes pertinentes, y compris celles établies par les Nations Unies. Nous ne le faisons pas simplement parce que c’est ce qui est nécessaire, mais parce que c’est la chose responsable à faire envers la communauté locale qui prend très au sérieux l’amélioration de ses conditions économiques alors que le statut définitif du territoire est négocié sous les auspices de l’ONU.

Il est important de garder à l’esprit que Phosboucraa est le plus grand employeur privé au Sahara Occidental, employant près de 2.200 personnes, dont 75 pour cent sont des locaux de tous les niveaux de Phosboucraa. Phosboucraa engage en outre plus de 50 entrepreneurs locaux qui, à leur tour, emploient plus de 700 personnes de la région. Ces occasions d’affaires qui entourent les activités de Phosboucraa sont essentielles au maintien et à la promotion du dynamisme économique dans la région. Bien sûr, ces actions positives ainsi que d’autres investissements privés et publics dans le « Sahara Occidental » ne sont pas appréciés par ceux qui ont leur propre programme politique et qui cherchent à entraver ces efforts au détriment du développement économique de la région.

D’autre part, dans le cadre de son engagement envers la région et la population locale, Phosboucraa a investi massivement dans les compétences-la construction, la formation et l’accès à l’éducation afin d’assurer que la communauté locale continue d’avoir une présence croissante dans et autour de Phosboucraa.

La Fondation Phosboucraa a été créée en 2014 pour administrer les programmes de développement durable de Phosboucraa dans la région, en soutenant ses employés et la communauté locale au travers de l’éducation, de la formation et de l’accès aux soins de santé.

Il s’agit notamment de la construction et du soutien d’écoles pré et primaires pour les enfants locaux, de logements pour les travailleurs et retraités de Phosboucraa, et de la fourniture de services, des cliniques médicales, des centres récréatifs et des centres d’apprentissage desservant la collectivité locale, qui sont particulièrement axés sur les possibilités pour les jeunes et les femmes. Ces efforts s’inscrivent dans le cadre d’une mission plus vaste visant à fournir à la région une source continue et croissante de prospérité dans un avenir lointain.

L’OCP est un partenaire de la Nouvelle-Zélande et de ses agriculteurs depuis de nombreuses années. Nous sommes investis dans le succès de l’agriculture au Maroc, en Nouvelle-Zélande et partout dans le monde. Nous et nos partenaires faisons les choses correctement ensemble.

Tags : Maroc, Sahara Occidental, engrais, phosphates, New Zealand, Nouvelle Zélande, OCP, Phosboucraa,

Comments are closed.