La Déléguée de l’Office National Marocain du Tourisme révoquée sur décision du Conseil de Discipline

0 4

Une première à l’Office National Marocain du Tourisme, la Déléguée de cet office en Italie, Jazia Sentissi, révoquée sur décision du Conseil de Discipline, réuni pour enfin statuer sur son cas. C’est dire la gravité des faits, dans une administration où ses semblables ont toujours été auréolés d’impunité.

Resumé des faits :

La délégation de l’ONMT à Milan s’était vue affectée un nouveau régisseur en la personne très respectée pour son ardeur au travail, son intégrité et sa gentillesse à toute épreuve, Mme Bouchra Moujarad.

Dès sa prise de fonction, la nouvelle responsable financière, qui logiquement est justiciable de la Trésorerie Générale et donc tombant sous l’autorité du Trésorier Général du Royaume, s’est vue donner l’ordre illégal et pour le moins minable, de payer les petits déjeuners de la « respectable » déléguée, rémunérée au taux de chancellerie à pas moins de 6.500 – 7.000 € tous avantages confondus, frais de déplacements non inclus.

En toute logique, Mme Moujarad, choquée par un tel niveau de bassesse et de malhonnêteté, a légitimement et par devoir, refusé de se plier à cette injonction.

Cela a suffit, pour que la vie de cette dernière en Italie soit transformée en enfer. Outre le mopping dont elle a été l’objet sur son lieu de travail, se sont ajoutées des dénonciations à la police italienne par la déléguée responsable officielle du Royaume du Maroc, sous divers motifs et en catimini . La jeune responsable financière ne comprenait pas le retard de l »obtention de son titre de sejour après plusieurs mois, avant de se voir carrément prise en charge par les autorités compétentes italiennes, qui lui ont fait passer un sale quart d’heure, pour aboutir au rappel de la malheureuse jeune femme à Rabat, victime de l’irresponsabilité d’une extrême gravité, d’une responsable marocaine en Italie Ya Hasra, en poste depuis plus de 15 ans sur le marché italien, qui brillait par sa nullité, mais maintenue à son poste comme elle y a été amenée par la bonne règle de « Bak Sahbi ».

Un cas loin d’être une exception dans l’histoire de cette office, où les abus d’autorité et de pouvoir sont la règle et un mode de gestion de nombreux délégués ou plutôt de ces planqués qui se paient, entre autres, le luxe d’avoir pouvoir de vie et de mort professionnelle sur le personnel sous leurs ordres, auquel la règle ne donne jamais raison, même s’il a quasi toujours raison.

Hommage est, au passage, ici rendu au jeune Directeur Général de l’ONMT qui a eu le courage d’une telle décision, qui comme déjà dit, constitue une première dans l’histoire de cet office. Reste à rendre pleinement justice à la jeune Mme Bouchra Moujarad, en rendant hommage à son honnêteté bien connue, en réparant l’atteinte portée à sa dignité et en réparant le tord professionnel qui lui a été fait : sa réaffectation à l’étranger, droit légitime, surtout dans le cas dun cadre de sa valeur, est le seul geste donnant véritablement crédit au souci de justice exprimé par l’issue accordée au traitement de cette triste et scandaleuse affaire.

Tags : Maroc, Tourisme, Jazia Sentissi, Office National Marocain du Tourisme,

Leave A Reply

Your email address will not be published.