Le CNDH rendra public prochainement son rapport sur la situation des droits de l’homme en Algérie

0 4

Le secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), Abdelouahab Merdjana, a indiqué, hier à Alger, que le rapport annuel (2018) sur la situation des droits de l’homme en Algérie sera rendu public sous peu. «Le rapport annuel (2018) sur la situation des droits de l’homme en Algérie est ficelé et sera rendu public sous peu», a annoncé M. Merdjana qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne III de la Radio algérienne.

Il a précisé que ce rapport «comprend plusieurs axes et segments, notamment les droits civils et politiques, la liberté d’expression et de manifestation», ajoutant que le Cndh a formulé dans ce document «plus de 200 recommandations qui concernent les droits de la femme, des enfants et des handicapés ainsi que le suivi de la concrétisation des Objectifs de développement durable (ODD)».

Selon M. Merdjana, le CNDH s’atelle aussi à élaborer le rapport de l’année 2019 qui prendra en compte, a-t-il dit, «tout ce qui s’est passé durant le mouvement populaire du hirak en matière des droits de l’homme».

Sur un autre registre, M. Merdjana a indiqué que le Conseil «a joué son rôle dans la dénouement du conflit entre les magistrats et le ministère de la Justice», précisant que le Cndh «est disposé à offrir ses bons offices à l’effet de trouver une issue favorable à un conflit qui risquait de perdurer».

Pour rappel, le CNDH qui a été créé en 2016 dans le cadre de l’application des dispositions contenues dans la nouvelle Constitution adoptée en février 2016, assure la mission de surveillance, d’alerte précoce et d’évaluation en matière des droits de l’homme. Il détecte et entreprend des investigations sur les violations des droits de l’homme et les signale aux autorités compétentes, en émettant des avis et des propositions appropriés.

Le CNDH adresse, en outre, au président de la République, au Premier ministre et au Parlement, un rapport annuel relatif à la situation des droits de l’homme, assure la diffusion de ce rapport et en informe l’opinion publique de son contenu. A la question d’un auditeur de savoir si les arrestations des manifestants opérées par les forces de sécurité sont des actes isolés ou des atteintes aux droits de l’homme, le SG du Cndh, répond que le conseil n’a pas encore été saisi de ces cas, mais «nous suivons de très près la presse et les réseaux sociaux, nous ne sommes pas d’accord sur les arrestations arbitraires».

Quant à la possibilité du Conseil de plutôt s’autosaisir sur ces cas, sans attendre d’être saisis, M. Medjana confirme que c’est dans les prérogatives du Conseil de s’autosaisir «parce qu’il est un mécanisme d’alerte précoce, on le fait».

Par ailleurs, l’invité de la rédaction a lancé un appel aux organisations non gouvernementales activant en Algérie pour se manifester en vue de travailler avec le CNDH.

Avant de devenir CNDH, la Commission consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme s’est contentée de travailler avec les organisations de défense des droits de l’homme proches du pouvoir.

Tags : Algérie, droits de l’homme, CNDH, Abdelouahab Merdjana,

Leave A Reply

Your email address will not be published.