Économie. Le Maroc tend les bras aux entreprises normandes

0

Le Maroc et Casablanca, où ont atterri, lundi soir 11 novembre 2019, Hervé Morin, président de la Normandie, et une dizaine de chefs d’entreprises normands, se veulent « très ouverts » aux investisseurs et implantations d’entreprise françaises et normandes. « Mais c’est un pays complexe et très concurrentiel » prévient Philippe-Edern Klein, président de la chambre de commerce française au Maroc (CFCIM), « la plus grande des 123 chambres de commerce étrangères qui gère un parc industriel de 500 entreprises pour 2 500 emplois. »

Un cluster de quinze start-up françaises s’est installé sous les toits du siège de la CFCIM, au centre de Casablanca, à deux pas de l’église gothique et art déco du Sacré-Cœur.

Avoir les reins solides

L’inflation au Maroc est stable, la croissance est de 2,8 %, avec une perspective de 4,5 % en 2020, et le Maroc a gagné 75 places au Doing business, passant de la 128e à la 53e. Les investissements publics ne cessent de croître, « mais il vaut mieux avoir les reins solides quand on travaille avec l’État marocain car les délais de paiement sont longs ».

Les entreprises françaises implantées au Maroc peuvent garder la totalité des parts sociales et rapatrier en France la totalité des dividendes nets d’impôts. La France reste le plus gros investisseur, mais l’Espagne est devenue le plus gros fournisseur.

Les principales activités économiques sont l’automobile, premier exportateur du Maroc avec 400 000 véhicules sortis des usines Renault, PSA, Somaca (PSA) avant l’arrivée des Chinois, l’aéronautique avec 140 entreprises et une croissance de 22 %, l’agroalimentaire (céréales, agrumes, olivier…), 14 % du PIB, le tourisme… « Tous les opérateurs peuvent s’implanter, mais on veut une production locale avec des prises de décisions locales et pas de Paris » ou de Normandie.

Ouest-France, 12 nov 2019

Tags : Maroc, France, Normandie,

Leave A Reply

Your email address will not be published.