Tunisie : élèves, parents et personnel éducatif se mobilisent contre les agressions israéliennes

0

– Cet élan de solidarité en Tunisie avec le peuple palestinien a été entamé mercredi en protestation à l’agression israélienne contre le photojournaliste palestinien Mouadh Amarna.

AA / Tunis / Yosra Ouanes

Tous les établissements d’Enseignement tunisiens ont observé, vendredi, des sit-in en protestation aux agressions israéliennes contre le peuple palestinien. Les élèves, ainsi que le personnel des établissements éducatifs tunisiens, ont procédé à un arrêt des cours de 20 minutes en solidarité avec la Palestine.

Cet élan de solidarité intervient à l’initiative des deux syndicats de l’enseignement de base et de l’enseignement secondaire. Il vise à exprimer « le soutien absolu et inconditionnel au peuple palestinien contre l’occupant et contre le silence des régimes arabes face à la souffrance des palestiniens dans la Bande de Gaza ».

Le ministre tunisien de l’Education, Hatem Ben Salem, a participé à ce mouvement en compagnie de plusieurs syndicalistes et de la directrice du lycée pilote du Lac 2 situé dans la banlieue de Tunis où une minute de silence a été observée.

De même au centre-ville de Tunis où le personnel enseignant, les élèves et les parents d’élèves du Collège Sadiki, ont organisé un sit-in brandissant les drapeaux, tunisien et palestinien, au rythme des hymnes nationaux des deux pays.

La directrice du Collège Sadiki, Afifa Abdelmalak Sellimi a, ainsi, affirmé à l’Agence Anadolu qu’il s’agit d’un « mouvement en soutien au peuple palestinien opprimé, plus spécifiquement dans la Bande de Gaza où les agressions israéliennes se poursuivent ».

« Nous essayons, ainsi, de sensibiliser nos élèves à ce qui se produit en Palestine, il s’agit d’un devoir car les Palestiniens sont nos frères et nous devons les soutenir dans ces conditions difficiles », a-t-elle ajouté.

Salah Sarray, un enseignant au sein du même établissement a affirmé, pour sa part : « Dans ce genre de situations douloureuses, nous devons soutenir le peuple palestinien de toutes nos forces ». « Nous présentons nos condoléances aux proches des martyrs, le savoir est la clé du triomphe », a-t-il ajouté.

Cet élan de solidarité en Tunisie avec le peuple palestinien a été entamé mercredi en protestation à l’agression israélienne contre le photojournaliste palestinien Mouadh Amarna qui a perdu un œil alors qu’il couvrait des affrontements dans la ville palestinienne d’Al Khalil en Cisjordanie occupée.

Une conférence de presse réunissant les organisations de la société civile ainsi que l’ambassadeur palestinien à Tunis, Hayel Al-Fahoum a, ainsi, été tenue au siège du Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT).

Néji Bghouri, président du SNJT a déclaré que « l’agression de Mouadh Amarna, est une violation contre l’œil de la vérité qui révèle les crimes de l’occupation ».

Bghouri a également appelé le parlement tunisien ainsi que la présidence de la République à réagir contre les violations israéliennes et à adopter une position claire par rapport à la Cause palestinienne.

L’ambassadeur palestinien à Tunis a, pour sa part, déclaré : « Nous ne pouvons oublier les crimes de cette occupation qui prétend respecter les droits de l’homme et la légitimité internationale ». « Israël est une entité hors-la-loi, il est impératif de la juger et de la contrôler », a-t-il ajouté.

Al-Fahoum a affirmé que « la récente escalade des violences en Palestine risque de s’intensifier dans les prochaines étapes dans l’objectif de terroriser et de détruire le peuple palestinien ».

Anadolou, 22 nov 2019

Tags : Tunisie, Israël, Palestine,

Leave A Reply

Your email address will not be published.