Du Droit divin, ou de l’esclavage

0

Mohammed Talbi

Les gardiens des portes du Paradis ont la cervelle là où je pense, et ils y sont pour beaucoup dans la débâcle que connaît le monde.

Ce problème du pouvoir absolu a été réglé en France, par exemple, par Les Lumières, au XVIIIème siècle, et l’une des principales revendications qui allaient amener La Révolution de 1789, c’était justement la séparation des pouvoirs tant réclamée par les grands penseurs ( Diderot, Montesquieu, Voltaire, Rousseau, etc ). Car, jusqu’à cette époque, la monarchie, épaulée d’un côté par les nobles, de l’autre par le Clergé, tous deux jouissant de privilèges en contrepartie, comme l’exonération d’impôts, l’octroi de terres, etc. Et bien sûr, ceux qui payaient les pots cassés, c’était le tiers-état, constitué majoritairement par le peuple qu’on escroquait vilement , l’Église et l’ignorance de ses ouailles facilitant l’assevissement pur et simple de ces pauvres sujets qu’on accablait de devoirs, mais qui ne jouissaient d’aucun droit.

Le rôle des Lumières fut déterminant, puisqu’ils travaillèrent surtout à la conscientisation du peuple. L’Encyclopédie, la presse, la propagation et la vulgarisation du savoir permirent de lutter d’abord contre l’ignorance et l’esprit superstitieux ; car, désormais, dorénavant, La Raison serait le seul arbitre, et les sujets étaient appelés à renoncer à des croyances vieillottes, à des idées reçues débilitantes, et qui les faisaient dupes, à renoncer à l’esprit superstitieux pour épouser celui rationnel, voire pragmatique.

La suite, vous la connaissez : il y eut le soulèvement contre les usurpateurs de la dignité et des biens du peuple, on guillotina des tyrans, on fusilla ceux qui avaient trop pété dans la soie auparavant, beaucoup de pauvres gens y laissèrent leur vie qui n’en avait pas été vraiment une jusque-là, beaucoup, beaucoup de sang coula, et lorsque la terre en fut rassasiée, elle accoucha de La Charte des Droits de L’Homme. ( Encore faut-il préciser que l’homme Blanc n’a jamais respecté cette Charte! )

Ce petit rappel historique étant fini, j’en viens à l’essentiel de ma modeste réflexion :

1- Dans tous les pays d’obédience musulmane, il y a toujours un pouvoir absolu ;

2- Le détenteur de ce pouvoir considère qu’il est le représentant de Dieu sur terre, et que c’est Lui qui l’a intronisé afin qu’il veille au bien-être de ses sujets ;

3- Ceux-ci se doivent de prêter allégeance à leur gardeur, Le Prince des Croyants, d’accepter vaillamment qu’il amasse des fortunes sur leur dos, car c’est un droit divin ;

4- Tout bon musulman, s’il veut finir son éternité à l’ombre fraîche d’un figuier au Paradis, où coulent des rivières de lait et de miel, ne doit en aucune manière céder à la tentation de ce diable de Descartes, ni remettre en question quoi que ce soit, sous peine de voir son nom définitivement rayé de la longue liste des candidats à L’Eden éternel ;

5- Si un musulman s’abstient d’aller faire la prière du vendredi à la mosquée, là où généralement un imam à la solde du Clergé, donc du palais, éructe un prêche qu’on lui envoie de l’agence de voyages des jardins célestes, et qui ressemble plus à une drogue qu’on injecte dans la moelle épinière de ces automates de fidèles afin qu’ils adorent toujours leur roi, puisque c’est grâce à sa bienveillance qu’ils vivent dans la paix et dans la prospérité, si ce musulman exemplaire rate trois fois de suite ce panégyrique déguisé en prière sacrée, eh bien, il l’aura cherché : Dieu tire du tiroir de son gigantesque bureau le cachet rouge, celui de la damnation éternelle, et violemment, sans pitié aucune, Il l’appose sur le coeur de la brebis égarée qui ne pourra plus jamais rêver ni de figuier, ni de fleuves de miel et de lait, ni d’aucune houri ;

6- Les privilégiés nous leurrent en toute impunité, et s’il arrive qu’une victime de cette escroquerie aille dans un « palais » de justice dire qu’elle n’en peut plus de se faire agresser, on l’envoie se refaire une santé dans un pénitencier, et elle y restera tout le temps nécessaire au rétablissement parfait de son rectum désarticulé ;

7- Et nos Lumières ? Les Tahar Benjelloun, Fouad Laroui, Mohamed Nedali, et j’en passe ! Que font-elles ? Pourquoi ne revendiquent-elles rien ? Nos pauvres bougies sont ces mêmes privilégiés qui se nourrissent du sang du peuple, hélas, car l’honnêteté n’a jamais été l’apanage de ces pseudo-musulmans ;

8- Pourquoi ne pas vous contenter du calendrier de l’Hégire, puisque vous tenez tant à votre gouvernance archaïque, médiévale?

Bon, je suis fatigué, mais je crois que c’est normal :je suis assiégé, accablé par la médiocrité…

Autant mourir…

Tuez-moi, s’il vous plaît.

Tags : Maroc, pauvreté, enfance, despotisme, pouvoir, absolu, dictature, répression,

Leave A Reply

Your email address will not be published.