Un congrès analyse à Cordoue « l’événement extraordinaire » de la littérature du Maghreb en espagnol

0

Le congrès international «La frontière liquide» a débuté hier à Cordoue, avec pour objectif, selon ses organisateurs (l’Association des écrivains espagnols (ACE), de parler d’un « événement extraordinaire » de la littérature espagnole née au milieu du XXe siècle. : l’émergence, en Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie) et dans certaines régions subsahariennes (Guinée, Cameroun et Mauritanie) d’une néo-alphabétisation d’auteurs d’origine maghrébine et dont la langue de création directe et sans traduction est l’espagnol.

Selon l’ACE, c’est la transformation de ce qui est hispanique «en un élément qui fasse la différence, une affirmation de la similitude dans un vaste groupe social héritier de la culture qui s’est dispersée d’Al-Andalous à la Méditerranée et au nord de l’Afrique ».

Le secrétaire de l’Association collégiale des écrivains espagnols (ACE) – section d’Andalousie, José Sarria- a déclaré devant les médias que «dans la péninsule, il n’y a jamais eu d’information détaillée et exhaustive sur ce phénomène littéraire, qui couvre à la fois la poésie comme le récit».

Il a voulu également souligner l’équipe de participants à ce rendez-vous: «Nous avons ici les plus grands représentants de la littérature hispano-maghrébine et il a indiqué que « 45 écrivains participent » à ce forum qui a débuté hier et se clôture aujourd’hui.

Lors de la cérémonie d’inauguration tenue à l’Alcazar, le président de l’ACE en Andalousie, Manuel Gahete, a revendiqué ce groupe d’écrivains et présenté le congrès comme « un soulagement équitable pour ceux qui aiment notre langue ». Une expression en phase avec la philosophie de l’événement: lieu de rencontre commun, pont d’union entre penseurs et intellectuels des deux côtés, permettant de continuer à établir des liens de communication à partir de la langue espagnole.

Le congrès «La frontière liquide» a débuté hier après-midi avec une conférence inaugurale du professeur de droit civil de l’Université de Cordoue (UCO) et militant de renom, Antonio Manuel Rodríguez, intitulée «Le langage de l’eau». En outre, il y avait aussi un tableau poétique auquel participaient, entre autres, la poétesse Juana Castro.

Pour aujourd’hui, l’essentiel de ce forum est prévu, qui aura son épicentre dans le hall du rectorat de l’UCO. La conférence de clôture est donnée par Hossain Bouzineb, professeur à la Faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V de Rabat et qui, cette année, est devenu le premier maghrébin à être nommé membre de la Royal Académie Espagnole de la Langue.

Tags : Espagne, Maghreb, littérature, culture, langue espagnole,

Leave A Reply

Your email address will not be published.