Des phosphates et des scanners pour gagner les faveurs des pays africains

Tags : Maroc, Sénégal, Union Africaine, phosphates, RASD, Sahara Occidental, corruption,

Des phosphates et des scanners c’est tout ce que le Maroc a pour soudoyer les pays africains en vue de les amener à soutenir son adhésion à l’Union Africaine.

Le Sénégal, le pays le plus engagé dans l’entreprise marocaine a reçu en 2014 plusieurs scanners et d’autres matériaux d’une valeur de plus d’un million de dollars pour sécurier le XV Sommet de la Francophonie célébré à Dakar du 29 au 30 novembre 2014.

Dans ce but, le Maroc a dépêché une délégation de la DGED qui a été reçu par le président Macky Sall qui a profité de l’occasion pour demander au Maroc de fournir 475 millions de Francs CFA (soit environ un millions USD) destinés l’achat de tunnels à rayons X pour la détection de métal et la fouille de bagages, 3 barrières mobiles, 3 lots de Plots hydrauliques et 20 appareils portables de détection de métal “garrette”.

Macky Sall, selon une lettre de l’ambassadeur du Maroc à Dakar, a aussi demandé aux marocains de “contribuer à la prise en charge des dépenses d’hébergement des délégations pour un budget de 585 millions de francs CFA (soit environ 1.170.000 USD)”.

Le roi Mohammed VI, lors de sa derière visite au Madagascar, est arrivée avec 5 avions militaires qui portaient des scanners et d’autres matériaux pour assurer le XVI Sommet de la Francophonie.

Pour le Nigeria et l’Ethiopie, le roi du Maroc a promis des fertilisants fabriqués à partir des phosphates de Boucraa, au Sahara Occidental.

Au Madagascar, sécurisation du Sommet de la Francophonie

Contribuer à la sécurisation du Sommet de la Francophonie. La promesse a été faite par Sa Majesté le Roi du Maroc, Mohammed VI. Une promesse que ce dernier, toujours fidèle à sa parole, n’a pas manqué de traduire en acte.

Et ce justement, à la veille de la tenue dans la capitale malgache de la réunion des Chefs d’Etat et de gouvernement des pays membres de l’Organisation internationale de la Francophonie. Pas plus tard que dans la nuit de mercredi, un cargo militaire marocain a débarqué à Ivato un lot de matériels neufs, dont notamment des équipements sécuritaires, destinés en premier lieu à la sécurisation du Sommet de la Francophonie, mais dont la destination finale, au lendemain de ce rendez-vous biannuel des hauts dirigeants du monde francophone, est laissée à l’entière discrétion du gouvernement malgache.

Composés essentiellement de scanners et autres instruments de contrôle, ces équipements, offerts à titre gracieux à l’Etat malgache, ont été, en dehors de toute cérémonie protocolaire, dès leur arrivée sur le sol malgache, remis au Comité d’organisation du sommet d’Antananarivo. Lequel va en assurer le dispatching entre les différents sites d’accueil de cette rencontre de haut niveau des pays membres de la Francophonie.

En réalité, ces dons, dont la valeur totale ne se limite pas uniquement aux prix coûtants des équipements remis pour englober les efforts déployés et les coûts d’affrètement pour les convoyer et les acheminer sur la ville des Mille, sont la concrétisation d’un engagement que le Souverain chérifien et son gouvernement ont spontanément pris lorsque Madagascar a été désigné pour abriter le XVIème Sommet de la Francophonie. À travers eux, le Maroc veut faire passer un message qu’on peut qualifier de fondamental : c’est un pays qui tient toujours ses promesses. Contrairement à d’autres pays dont le respect de la parole donnée semble ne revêtir aucune signification. Et qui, au dernier moment, ont fait faux bond.

En tous cas, le Royaume du Maroc, lui, n’a pas l’intention de s’arrêter là. Et envisage de poursuivre, tout en la renforçant, cette coopération établie de longue date entre les deux pays. D’après les autorités marocaines, en effet, les dons qui viennent d’arriver ne constituent qu’un début car ce pays est prêt à soutenir et à aider Madagascar sur tous les plans. Le Maroc est et restera toujours à l’écoute des attentes et des besoins des Malgaches et de Madagascar. Et sous la direction bienveillante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, il s’attachera à accompagner la Grande Ile dans son processus de développement. En tous cas, il s’est décidé à rester aux côtés de celle-ci en toutes circonstances.

Quoiqu’il en soit, la coopération agissante entre Rabat et Antananarivo ne se basera pas seulement sur des considérations diplomatiques ou économiques, mais trouve son ancrage dans les relations historiques et presque séculaires qui lient les deux pays. Notamment depuis que la Grande Ile, et plus précisément la ville d’Antsirabe, a accueilli le Souverain chérifien Mohammed V et sa famille en tant qu’exilés politiques.

Il n’est donc pas étonnant si le Maroc a la plus grande délégation lors de ce XVIème Sommet de la Francophonie dont l’importance n’est plus à démontrer, il en a également profité pour renouer avec un passé, douloureux certes, mais qui a fait du Maroc ce qu’il est aujourd’hui !

Le Maroc est un pays émergent qui ne lésine pas sur les moyens à investir quand il s’agit de coopérer et de soutenir un pays ami. Il vient d’ailleurs de le démontrer avec la pose des premières pierres du complexe hospitalier du Vakinankaratra et du centre de formation professionnelle de la même région, dont la construction, qui va commencer incessamment, est entièrement pris en charge par le royaume chérifien, d’un montant total de plus de 66 milliards d’ariary.

L’on ne peut également passer sous silence les 22 accords et conventions signés le 21 novembre dernier entre les deux pays, couvrant divers domaines aussi variés qu’importants pour le développement de la Grande Ile.

#Maroc #Sénégal #Madagascar #Corruption