Mauritanie : Investiture du nouveau président dans une première passation de pouvoir pacifique

0

Le nouveau président mauritanien, Mohamed Ould El Ghazouani, a prêté serment jeudi lors d’une cérémonie à laquelle assistait le président sortant, Mohamed Ould Abdelaziz. Il s’agit de la première passation pacifique de pouvoir dans le pays.

L’ancien ministre de la Défense a remporté l’élection présidentielle du 22 juin avec 52% des suffrages, selon les données ratifiées par le Conseil constitutionnel.

Le nouveau président devançait l’activiste anti-esclavagiste Biram Dah Abeid, qui avait recueilli 18,59% des suffrages, et l’ancien Premier ministre Mohamed Ould Boubacar, avec 17,87% des votes. Les trois autres candidats n’ont pas atteint dix pour cent.

Un total de trois opposants – dont Dah Abeid et ould Boubacar – a fait appel des résultats des élections, bien que le Conseil Constitutionnel ait ratifié la victoire d’Ould Ghazouani.

Lors de la cérémonie d’investiturre, le nouveau président a exprimé sa gratitude à la population pour son élection et a souligné que la passation de pouvoir témoignait de la « maturité » de la démocratie mauritanienne. Il a également promis de respecter la Constitution et les mécanismes démocratiques et a réïtéré sa conscience de l’existence d’une opposition populaire. A cet égard, il a déclaré qu’il serait « le président de tous les Mauritaniens ».

Related Posts
1 of 38

Pour sa part, le président sortant, Mohamed Ould Abdelaziz a félicité son successeur et a mis en avant son « moral », son « efficacité » et son « expérience » aux niveaux national et international. Il a ainsi affirmé qu’il était « convaincu » que le pays était « entre de bonnes mains ». Le pays est également confronté à une situation économique difficile, exacerbée par le manque de terres arables et la corruption généralisée. La situation a des conséquences particulièrement graves pour les enfants et les femmes.

Amnesty demande des compromis piur les droits de l’homme

De son côté, l’organisation non gouvernementale Amnesty International a demandé au nouveau président de s’engager à traiter le dossier’histoire des droits de l’homme dans le pays et à prendre des mesures pour mettre fin à l’esclavage et protéger les militants.

« La situation dont hérite le président Ghazouani se caractérise par l’esclavage de plusieurs milliers de personnes, celles et ceux qui dénoncent cette pratique étant bien souvent arrêtés et emprisonnés arbitrairement. Les arrestations et détentions arbitraires, la torture et les autres mauvais traitements, et l’interdiction systématique des rassemblements pacifiques sont monnaie courante en Mauritanie, les démentis opposés par les autorités ne faisant qu’aggraver depuis longtemps la situation, a déclaré Kiné Fatim Diop, chargée de campagne pour l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Nous demandons au président Ghazouani de veiller à ce que son gouvernement rompe avec le passé et de démontrer sa volonté d’améliorer les droits de tous les Mauritaniens et toutes les Mauritaniennes», a-t-elle ajouté.

Tags : Mauritanie, élections présidentielles, Mohamed Ould El Ghazouani, amnesty international, esclavage,

Leave A Reply

Your email address will not be published.